Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
La petite maison dans la banlieue

Articles avec #pai

PAI (6) Validation sans application

13 Mai 2011, 14:17pm

Publié par lapetitemaisondanslabanlieue.over-blog.com

3619400051_03ffb3f509.jpgPendant que Petit Brun et Petit Châtain étaient encore en vacances en Touraine, nous attendait dans la boîte aux lettres un courrier. Du service de la vie scolaire. Nous indiquant que le PAI serait validé dès que le présent courrier serait retourné signé de nos blanches mains. Ce qu'on s'est empressé de faire, histoire de clore au plus cette petite plaisanterie, qui a débuté en janvier dernier.

C'est là que nous avons découvert qu'un jeu de boîtes en plastiques nous serait adressé. Qu'il faudrait veiller à la bonne conservation des aliments jusqu'à l'école, ne pas les laisser au soleil dans une voiture, par exemple (où vont-ils chercher tout ça ?), les laver tous les soirs (ce que l'on fait déjà...), les marquer au nom de l'enfant, etc.

Aucune mention d'une quelconque rétroactivité du tarif allégé de la cantine. Le Capitaine se fendit donc d'un coup de fil, histoire de vérifier que les boîtes en plastique ne contenait pas de bisphénol (mais c'est ça qui est bien dans une banlieue à tendance bobo, les boîtes de la mairie ne contenait aucune trace de bisphénol, le monsieur de la mairie l'affirmait solennellement). En revanche, pour l'application du tarif doux, ça ne commencerait à qu'à la signature du fucking PAI. Soit maintenant, et pas depuis janvier. Ce qui est assez injuste, le circuit pour que la validation du PAI soit effective ayant pris cinq mois (à ce jour, la compta de la mairie ne sait toujours pas que nous bénéficions d'un PAI. Donc d'un tarif adouci. Donc pendant ce temps, nous payons des repas que Petit Brun ne touche pas et préparons des pique-nique maison).
Inutile de dire que nous n'avons toujours pas reçu l'ombre d'une boîte en plastique made in mairie. Et que nous courons toujours après les Tupperware, qui manquent régulièrement à l'appel, obligeant le Capitaine à des coups de gueule réguliers pour que leur réapparition soit effective le lendemain soir.

« Ah bah faites un courrier ». Je crois qu'on est mûrs, là.

Voir les commentaires

PAI (5) Le mystère des Tupperware

15 Mars 2011, 10:24am

Publié par lapetitemaisondanslabanlieue.over-blog.com

479968460_db50cd1052.jpg

 

Non pas que je sois une fanatique des fameux petits récipients en plastique. Mais, puisqu'il nous incombe de préparer les repas de Petit Brun au moins jusqu'au septembre, dans le cadre d'une alimentation où les protéines de lait seraient bannies, ça commençait à devenir un tantinet crispant, ces disparitions de contenants – mais pas des couvercles. Il faut dire que rien n'a été fait pour nous simplifier la tâche. Dans un premier temps, nous préparions les repas dans des pots en verre. Qu'on m'a priée de remballer, le verre pouvant se casser et blesser les personnels du service de cantine. Ne voulant pas créer d'accident du travail, nous avons ressorti nos Tupperware. Nathalie, la maîtresse de Petit Brun, fut très étonnée de trouver un jour dans le sac de pique-nique une assiette.

"C'est que Petit Brun déjeune dans les Tupperware, on préfère lui donner une assiette", ai-je expliqué. Je n'ai pas dit que les premiers jours, personne n'avait jugé bon de lui donner des couverts et qu'il fallait aussi fournir des couverts de la maison. Heureusement, grâce à Manée, la maman du Capitaine, qui récupère tous les couverts des plateaux repas de sa société, nous avons un stock de couverts de cantine inépuisable.
"D'ailleurs, il nous manque pleins de récipients et/ou de couvercles", ajoutai-je.

Il fallait que je mène l'enquête en cuisine. Où l'on m'expliqua que c'était bien normal, qu'il fallait marquer les récipients au nom de l'enfant (ah) et indiquer leur contenant (ok). Et au passage, on me présenta la mère de Gonzague, l'autre PAI de l'école, mais qui n'avait récupéré aucun Tupperware en trop.
Le mystère s'épaississait... En plus d'une lettre au maire, je vais devoir contacter l'association des parents d'élèves. Afin de leur demander si au moins localement, on peut créer un document de marche à suivre pour la cantine dans le cadre d'un PAI. Ce qui serait tellement moins lourd pour les parents...
De son côté, le Capitaine, ayant fini par joindre la mairie pour se faire expliquer le montant des factures – certes, on participe au salaire des Atsem qui aident Petit Brun pour le déjeuner, mais ne devrions-nous pas avoir une ristourne, puisque nous fournissons tous les repas ?

Aaaaaah oui, mais quand le PAI serait validé en commission. Laquelle aura lieu à Pâques (ou à la Trinité). Et impossible de savoir si cela serait rétroactif... Simplifier la vie, vous disiez ???

Voir les commentaires

PAI (4) Tout ça... pour ça

1 Février 2011, 20:28pm

Publié par lapetitemaisondanslabanlieue.over-blog.com

ai-je pensé en sortant du rendez-vous avec le Docteur M qui devait enfin valider le fameux PAI de Petit Brun.

D'abord, j'avais une demi-heure dans la vue pour trois coups de tampon et deux annotations, donc un retour tardif à la maison. Et la validation de ce fameux protocole ne change rien : nous sommes condamnés à nous préoccuper du déjeuner de Petit Brun jusqu'à la fin de l'année (scolaire. Parce que j'espère bien que, le soleil aidant, et le cap des 4 ans "vous verrez, ça change beaucoup de choses, le cap des 4 ans, pour l'eczéma", m'a dit le Doc).

Le doc était à l'heure, mais j'étais en avance, ce qui m'a un peu énervée. Mais elle a été charmante et je n'ai pas eu à justifier de notre choix d'un traitement homéopathique. Elle était d'accord pour dire que les crèmes aux corticoïdes, c'était bien gentil, mais qu'on ne pouvait pas surenchérir tout le temps. A souligné que certes, le terrain génétique était miné des deux côtés, ce qui n'aidait pas, et que le déménagement pouvait avoir joué un rôle (et encore, ai-je, pensé, on est même pas parti loin !!!).

Seul point d'achoppement : les produits laitiers. "Donnez-lui quand même un yaourt de temps en temps". Tu rigoles ou quoi, ai-je pensé très fort. On ne prend pas la tête avec des restrictions depuis un mois si c'est pour tout gâcher avec des produits laitiers donnés en loucedé. Déjà que l'introduction d'antibiotiques aurait contribué à la dernière poussée d'eczéma, selon le docteur Lumière, et qu'il va falloir tout soigner à l'homéopathie (ce qui est plus cohérent, en effet).

 

Mais je me suis tue, pour ce que ce foutu bout de papier soit enfin validé. Enfin, il faudra encore attendre un mois et demi, passer deux commissions à la mairie (on vient évidemment d'en louper) pour que ce soit bon...

 

Je me suis étonnée du fait que l'on pouvait être végétarien à la cantine mais pas allergique (pour Petit Brun, heureusement, ce ne sont que des restrictions). "Ecrivez un courrier, me répond le Doc. On a demandé un poste en plus parce que le cuisinier ne parvenait plus à gérer les demandes de repas particuliers, 200 enfants sur toute la ville, notamment le mercredi, quand ils changent de centres aérés selon leurs envies et que les repas changent de destination tout le temps".

 

En sortant, je me suis étonnée, en effet, qu'une ville qui se targue d'avoir un Agenda 21 bio bio préfère se lancer dans un plan de circulation dantesque au lieu de commencer par passer la cantine au bio ou simplement de renforcer les équipes débordées par les allergies des enfants. Qui n'ont pas demandé à être malades, eux. Et leurs mères n'ont pas demandé à se compliquer la vie en prévoyant des paniers repas tous les jours. Sauf à devoir ne plus travailler, ce qui serait un plan machiavélique pour renvoyer les mamans dans leurs foyers...

Voir les commentaires

PAI (3) Panier familial

25 Janvier 2011, 22:36pm

Publié par lapetitemaisondanslabanlieue.over-blog.com

5195918356_a428f7f892.jpgD'un côté, bonne nouvelle, j'ai enfin réussi à obtenir un rendez-vous avec le docteur Maurène (je ne mets pas son vrai nom. Et de toute manière, je n'ai toujours pas compris quel était son patronyme). Que j'ai eu un mal de chien à contacter parce que jeudi, j'avais oublié mon portable, que vendredi j'avais d'autres chats à fouetter.

Hier, j'ai tenté ma chance. Le numéro que j'avais griffonné d'après le message laissé par la directrice de l'école de Petit Brun n'était pas attribué. En repassant par le standard de l'école, j'apprends que le docteur n'est à l'école que le mardi et le jeudi.

 

Ça commençait mal. Mais pleine d'optimisme, je décide de pourchasser le docteur aujourd'hui. Je laisse un message sur un répondeur totalement anonyme –  "veuillez laisser un message" puis un vieux biiiip me déchire le tympan – et je réitère toutes les heures. À 16 heures, personne ne m'avait rappelé.

Je sors l'artillerie lourde et rappelle directement le standard de l'école. "Oui, j'essaye de joindre le docteur, mais elle ne me rappelle pas, et comme elle n'est là que le mardi et le jeudi, ça va être difficile de faire valider ce PAI, ça va repousser à la semaine prochaine"... Hop, on note mon numéro de portable pour avertir le doc' entre deux réunions.

16h 45, miracle, on me rappelle. Pour me fixer un rendez-vous mardi prochain à 9 heures (bien). Auquel je dois me rendre avec le dossier médical ("c'est à dire que j'ai remis le document à l'institutrice de Petit Brun et que je ne l'ai plus"/"Récupérez-le") (moins bien). Tout en me disant que de toutes manières, débordées par les régimes alimentaires divers des petits, la cantine municipale a décidé de ne plus gérer les allergies alimentaires et que les parents devront désormais apporter des pique-niques. Mais si vous êtes végétarien, pas de souci, un repas sans viande est prévu. Pour le reste des protéines animales, débrouillez-vous !

 

21 heures : j'annonce au Capitaine accablé que le cinéma des pique-nique se poursuivra au moins jusqu'à la fin juin, le PAI pouvant être renégocié en septembre.

Et sur le front de l'eczéma, Petit Brun se gratte toujours autant. La conséquence de l'otite et de la conjonctivite où on lui aurait donné des antibiotiques, selon l'homéopathe. Qui me dit : "il faudrait peut-être ne pas tout mélanger et que je le suive pour adapter le traitement". Sauf que courir jusqu'à St Lazare au moindre pet de travers, ça ne va pas être simple.
Et ce n'est toujours pas dit que le PAI soit validé... Mais comme en même temps, il ne sert plus à rien... Mieux vaut ne pas repenser à tous les allers-retours avec le cabinet du docteur pour apposer des tampons et des paraphes sur ce bout de papier inutile. Trop énervant. Et tiens, d'un coup, ça me gratouille moi aussi.

Voir les commentaires

PAI (2) Administration es-tu là ?

14 Janvier 2011, 22:16pm

Publié par lapetitemaisondanslabanlieue.over-blog.com

DSC02714.JPGCe matin, j'ai pressé Petit Brun et Petit Chatain comme jamais.
Hier, nous avons battu des records de retard comme jamais. On a décollé à 8h 55 de la maison... et l'école ferme ses portes à 9 heures. Enfin, elle laisse rentrer Petit Brun, mais pas les parents. J'ai trouvé le moyen d'aggraver ce retard en laissant mes lunettes sur ma table de nuit et en ne m'en apercevant qu'une fois Petit Chatain ficelé sur le siège bébé du vélo.

 

Puis une fois Petit Chatain déposé jeté chez sa nounou "Cécile, vous êtes en retard" (non, sans blague ?), Petit Brun abandonné à l'école, je me suis aperçue arrivée à la gare que je n'avais pas mes clés pour fermer les antivols de ma bécane. Les clés. Qui étaient restées sur la porte. De la maison.

 

Je crois qu'on peut faire rarement plus merdique comme départ. (En fait, si. Le jour où mon vélo s'est renversé et que le coude de Petit Châtain s'est fracturé. Que je l'ai quand même déposé chez la nounou. Qui a appelé deux fois pour dire que ça allait pas. Et que j'ai culpabilisé toute une matinée, parce que, vraiment, ça allait pas et qu'il était à l'hôpital avec le Capitaine en attendant de se faire poser un plâtre).

Ce matin, donc, on a déposé Petit Chatain à l'heure, en ayant même le temps de faire un brin de causette, puis arrivés à l'heure à l'école, j'ai tendu triomphalement le PAI dûment tamponné par docteur Lumière, et l'ordonnance (que celle-ci m'avait de ne pas joindre, mais je veux satisfaire l'administration, et arrêter de se prendre la tête tous les soirs à 22 heures parce qu'on a oublié de préparer le foutu pique-nique du petit).

Et là, je demande, innocemment, combien de temps va prendre la validation. Avec le sourire, même. Nathalie, la maîtresse, hausse les sourcils : « Oh, vous savez, avec l'administration, on ne sait jamais ! La directrice va le signer, le transmettre. Cela peut être très long ou pas. »

 

Alors priez, agitez vos chakras... pour que la validation ne prenne pas des plombes. Je n'ai même pas dit au Capitaine qu'il devrait préparer des pique-niques pour une durée indéterminée.

Voir les commentaires

PAI, mon ennemi

10 Janvier 2011, 22:10pm

Publié par lapetitemaisondanslabanlieue.over-blog.com

Après des mois de lutte contre l'eczéma de Petit brun, de nuits hâchées et de pyjamas tâchés de sang tellement les démangeaisons étaient fortes, nous sommes passés du côté obscur de la médecine. Du côté de la médecine douce, option homéopathie.

 

Jusque là, tout va bien. On prend rendez-vous avec Petit Brun, le docteur Lumière, après une auscultation sur fond de musique new age et après avoir passé une sorte de pomme de douche sur le corps de Petit Brun ("ne vous inquiétez pas, c'est de l'ozone") lie l'eczéma à des problèmes de foie, nous donne un protocole à suivre et quelques granules à prendre en dehors des repas (ce qui s'avère pas évident le matin au réveil).

Pendant un mois, dans la mesure du possible, clémentines et oranges, tout produit à base de lait de vache (ou de brebis ou de chèvre) nous éviterons. Jusque-là, tout va bien. Désireux que ça marche, nous devenons adeptes de la Vie Simple et autres Maturalia. Achetant au prix du caviar crèmes au calendula, purée d'amandes fraîches et bio, germes de blé, levure de bière... Réticent au début, Petit Brun finit par accepter ce nouveau régime, habilement dissimulé dans un porridge par le Capitaine.

Arrive la rentrée. Jusque-là, tout va bien. Désireuse que le suivi du régime se poursuive également aux repas de midi - Petit Brun va à la cantine tous les jours - je laisse un mot destiné à la maîtresse. Demandant d'éviter les produits laitiers ainsi que oranges et clémentines.

Et c'est que ça dérape. A la vue du mot, la maîtresse blêmit :" il va falloir déclencher un PAI".

Kes aco ? Une bonne idée, au départ. Un enfer à mettre en place. Parce que Petit Brun n'est pas allergique, mais doit juste éviter certains aliments. Et que s'il mange un yaourt, il fera pas d'oedème de Quincke. Mais j'obtempère et en attendant, le Capitaine se coltine de préparer des déjeuners pour Petit Brun à qui plus aucun repas de la cantine ne peut être servi.
Le remplissage dudit formulaire par le médecin me prend deux jours. Un jour pour le déposer, un jour pour le récupérer. En partant plus tôt du bureau pour arriver avant le départ de la secrétaire, à... 18 heures.

Jeudi, je ramène le PAI, espérant en finir avec la comédie des piques-niques à préparer. Que l'on paye en partie, pour le paiement des salaires des employés de la cantine. Vendredi, retour du maudit formulaire : "il nous faudrait un TAMPON du médecin" (et pourquoi pas les originaux de ses diplômes, pendant qu'on y est ?)

La prise en compte des allergies alimentaires des enfants, c'est bien. Causer autant d'emmerdements pour ne pas servir un yaourt  ou des clémentines (soit à tous les repas en ce moment) c'est cher payé la lutte contre les bobos de Petit Brun.

Mais je te validerai PAI, je te validerai !

 

Voir les commentaires