Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
La petite maison dans la banlieue

T'es encore là ?

19 Mars 2013, 10:52am

Publié par lapetitemaison

Sacs

On devrait être à la maternité depuis hier. Mais visiblement, Colombine en a décidé autrement et marche dans les traces de Petit Brun, en prenant l'option post-terme (car non, pour répondre au chœur des grand-mères, je ne me suis PAS trompée dans les dates).
Bref, après une semaine passée à cavaler, idem ce week-end (sauf dimanche, où la pluie s'est mise à tomber au moment où nous allions partir nous promener), il a bien fallu se rendre à l'évidence dans la nuit de dimanche à lundi : il ne se passait rien. Rien de rien. Pourtant, les sacs étaient archi prêts, même bouclés.

Je dormais même très bien, même mieux qu'en janvier ou février. Et chaque passage aux toilettes me rappelait que la nuit avançait et que rien, au niveau départ à la maternité, n'avançait...

Bon, techniquement, une journée fait 24 heures, donc il restait encore du temps le jour J à Colombine pour se décider. Après un premier monitoring à la maternité pour voir que tout allait bien in utero, mais que les mini contractions qui apparaissaient de temps à autres ne servaient à rien, il a été décidé d'un deuxième monitoring le lendemain, et d'un déclenchement à 21 heures, si rien ne se passait d'ici là...
Alors que le soir toute la famille pour savoir où nous étions, que tout le centre de loisirs avait halluciné de voir le Capitaine récupérer Petit Brun et Petit Châtain – ces derniers ayant annoncé que la petite sœur devait arriver ce jour-là –, nada. En revanche, Colombine bougeait comme une folle, genre j'ai décidé de te perforer le ventre pour sortir jusqu'à une heure du matin. Et la nuit fut merveilleusement calme (et moi d'une humeur de chien au réveil).
Visiblement, elle n'est pas la seule à vouloir rester au chaud : la négociation du rendez-vous d'aujourd'hui a été compliquée, les bébés de cette semaine s'étant donné le mot pour ne pas arriver. Ou pas à la date prévue. Peut-être qu'ils attendent le printemps, tout simplement. Ils découvriront bien assez tôt que le printemps, cette année, n'arrivera que fin mai...

Voir les commentaires

Dinosaures et compagnie

15 Mars 2013, 13:53pm

Publié par lapetitemaison

Dinosaure

C'était promis, juré, craché, c'était la carotte pour que Petit Brun ne soit pas trop triste de ne pas rentrer avec son frère à la maison cette semaine et reste quelques jours de plus chez ses grands-parents : on allait voir la fameuse exposition sur les dinosaures au Muséum d'histoire naturelle. Las, notre expédition au Jardin des Plantes a été différée de 24 heures pour cause de neige, oui, la fameuse journée du 13 mars où 10 centimètres sont tombés d'un coup.
Pour activer un peu les choses, j'ai marché sous la neige toute la journée de mardi. Le soir, je commençais à baliser : la neige tombée commençait à verglacer, le Capitaine croisera sur le chemin du retour (il était parti en vélo le matin) des voitures en travers de la route et lui-même se fera une frayeur ou deux... Si jamais Colombine se décidait cette nuit-là, il serait difficile de sortir la voiture dans la petite rue (notamment parce qu'il y avait des plaques de verglas), aucun taxi n'arriverait jusqu'à chez nous, même sur les rues plus larges, et hors de question d'appeler les pompiers pour finir à l'hôpital du coin. Mais, tentais-je de me rassurer, il n'y avait aucun signe avant-coureur. Grand-maman m'objecta que pour ma naissance non plus, la veille, il n'y avait aucun signe, qu'ils avaient été se balader toute la journée à Saint-Germain des Prés et qu'à 4 heures du matin je m'étais manifestée... J'étais soulagée quand la neige a cessé de tomber à minuit (et surtout quand à 5 heures du matin, il s'est avéré que Colombine ne mouftait pas).
Le lendemain, le jardin ressemblait à ça :
Neige mars 2013Neige3 mars 2013

avec la cote témoin sur le sommet de la boîte aux lettres. Autant dire que le chat avait de la neige jusqu'au ventre et a attendu que cela fonde avant de s'aventurer sur le tapis blanc.
Neige2 mars 2013
Petit Châtain a pu revêtir sa combinaison de ski pour aller faire quelques courses (bibliothèque, pharmacie, Monoprix) et nous avons marché dans la neige fraîche, qui aurait disparu en fin d'après-midi. Déjà en centre-ville, le ballet de la circulation, même ralentie, avait bien dégagé la chaussée, laissant de grandes flaques d'eau noirâtres bien plus casse-gueules que la neige fraîche au final... Pendant ce temps, Grand-maman et Petit Brun (qui n'avait pas ses après-skis avec lui, et pour cause, qui aurait imaginé en avoir besoin ???), après un mardi passé à regarder tomber la neige sans pouvoir sortir de la station de ski, se sont aventurés mercredi dans le bois d'à côté, à courir dans la neige et à faire des batailles de boules de neige.
Comme le réseau ferré fonctionnait à grand-peine (le grand Grand-Père finira par rentrer à pied mardi soir, le train n'allant pas plus loin que la station avant la sienne... bien loin du terminus de la ligne. Et le lendemain matin, la situation ne s'était guère améliorée), c'est donc jeudi que l'on se retrouva au Jardin des Plantes pour déjeuner et ensuite aller au Museum.

Animaux 2013
Une expédition, notamment parce que Petit Châtain marche lentement, descend et monte les escaliers du métro une marche par une marche (très très lentement parce qu'il regarde les publicités en même temps, notamment celle pour la tour Montparnasse avec la nacelle de montgolfière), qu'il a tendance à me broyer la main et à me tirer le bras : au retour, Petit Brun s'était ajouté au poids de son frère, je n'avais plus de bras quand nous avons enfin repris le train du retour à Saint-Lazare. Disons-le tout net : les garçons étaient trop petits pour profiter de l'expo sur les dinosaures, nous pensions tous voir de grands squelettes de dinosaures, il n'y en avait que deux, et comme ils ne savent pas encore lire, beaucoup de choses leur ont échappé. Pas grave, on s'est rattrapés avec la galerie de l'Evolution, qui court tout autour du bâtiment sur plusieurs étages, passionnante (même en zappant une vitrine sur trois), on est même redescendus pour aller voir les poissons au sous-sol... Heureusement que Grand-maman nous accompagnait et que je n'y suis pas allée seule comme j'en avais eu l'idée un jour de grève à l'école en février dernier : être debout et piétiner pendant deux heures était pénible, mais surtout le volume sonore du bâtiment m'a achevée. La population des visiteurs se composait à 90 % d'enfants entre 18 mois et des ados de 15 ans avachis qui remplissaient des questionnaires d'une main et envoyaient des textos de l'autre, accompagnés de parents ou de grands-parents plus ou moins dépassés, et de 10 % de messieurs sexagénaires impertubables qui regardaient toutes les vitrines, toutes les vidéos, lisaient toutes les fiches... au milieu du brouhaha incessant.
Quand nous sommes repartis, la queue pour l'entrée courait tout le long du bâtiment et s'étendait dans les jardins... Autant dire que nous nous sommes félicités d'être arrivés tôt...

Voir les commentaires

Ne vois-tu rien venir ?

11 Mars 2013, 19:47pm

Publié par lapetitemaison

Ciel mars 2013
La loukoum thérapie a beaucoup trop bien fonctionné. Voilà que de la menace d'un bébé qui arriverait trop tôt on est passé à celle d'un déclenchement si rien ne se passe d'ici dimanche soir – rappelons que le jour J est fixé à dans 7 jours tout pile, on est encore dans les temps. Gynéco était à moitié déprimé : aucun signe avant-coureur de nulle part, j'ai ordre de m'agiter un peu plus – et  encore, pour venir, pour moins me fatiguer (!) j'avais pris le bus, dont le trajet est exclusivement sur pavés depuis Saint-Lazare... Sans aucun résultat.
Pourtant, ce matin, j'ai refait les sacs, vérifiant que rien ne manquait, et mettant enfin mes affaires empilées depuis trois semaines sur la commode DANS le sac (le Capitaine m'ayant fait remarquer que si jamais on me gardait parce que les choses sérieuses avaient commencé ce soir, il ne saurait pas quoi prendre pour moi). Et en effet, il y avait encore quelques petites affaires à rassembler, une batterie d'appareil photo à recharger, une pellicule de noir et blanc à trouver, un petit bavoir de naissance si jamais Colombine voudrait, comme Petit Brun, un biberon en salle de naissance tout-de-suite-maintenant-et-que-ça-saute...
C'est vrai que je me suis bien reposée la semaine dernière, dans une maison toute calme, sans heures de pointe (et de cris) le matin et le soir, Petit Brun et Petit Châtain étant partis à La Rinissé (où ils ont réveillé leurs grands-parents tous les matins à 7 h- 7 h 30, les cuistres). Les début de nuits hâchées (réveil toutes les heures jusqu'à 3 ou 4 h 30) étant compensées par des grasses matinées jusqu'à 10 heures (où je finissais par allumer mon portable, sinon on me croyait déjà partie à la maternité).

Du coup, demain, je prévois le siège de la mairie pour AVOIR UN HORAIRE DE RENDEZ-VOUS avec l'adjointe chargée de la petite enfance (on se court après au téléphone depuis jeudi, quand j'ai loupé l'appel de cet après-midi parce que j'était au sous-sol du Monoprix pour m'acheter un goûter, j'en aurais pleuré) dès 8 h 30, puis prendre le tram pour aller faire trois courses à La Défense. Mercredi, je tenterais bien de retrouver Petit Brun et Grand-maman au Muséum d'histoire naturelle pour voir l'expo sur les dinosaures... Et je trouverai bien des occupations jeudi et vendredi pour faire avancer les choses... Peut-être Colombine est-elle simplement ponctuelle... Et que rien ne bougera d'ici dimanche...

Voir les commentaires

Loukoum thérapie

4 Mars 2013, 21:30pm

Publié par lapetitemaison

Contre toute attente et les prévisions alarmistes du gynéco début février, je suis toujours à la maison. Ce qui me va très bien, car si le sac du D Day et celui de Colombine sont prêts, le mien est presque fait. Le sac est au pied de mon lit, son contenu sur la commode. Il n'y a plus qu'à faire le sac. J'ai lavé les chemises de nuit neuves de chez Monop qui gratouillent horriblement sinon, j'ai eu le temps d'aller voir l'anesthésiste pas en urgence pliée en deux par les contractions et j'ai même pu faire ma provision de livres neufs pour la maternité. Il ne me reste plus qu'à rééditer une énième fois des attestations de carte vitale (j'ai enfin reçu mon code secret par courrier de la part d'Ameli !), au cas où.
Petit Brun et Petit Châtain sont partis en vacances (merci Grand-maman), et nous avons passé un week-end très tranquille avec le Capitaine, à ranger le grenier pour installer un peu mieux la chambre de Colombine et surtout à vider le bureau qui lui servira de table à langer, profiter de l'absence de ses frères pour faire une grande lessive (couettes, peluches, etc). J'aurais voulu pousser le rangement un peu plus loin en m'attaquant à leurs étagères, mais samedi, j'ai passé une partie de la journée au lit, clouée par d'affreuses remontées acides que même le Maalox combiné au Coca light ne parvenait pas à faire passer. Dimanche soir, comme cela allait mieux, nous sommes allés au cinéma voir Argo (la salle était pleine, l'effet Oscar ?), en réussissant l'exploit de garer le minibus sur les Champs devant la salle, un vrai coup de bol !
La thérapie du loukoum (rester allongée au maximum) semble porter ses fruits, et de toutes manières, force est de constater qu'être assise devient vite inconfortable, marcher également. J'ai profité de ce mois tout doux pour lire beaucoup (la bibliothèque est encore dans un périmètre assez proche de la maison), rattraper mon retard en matière de série (merci le streaming et les codes magiques des frangins, plus qu'un mois avant le début de la saison 6 de Mad Men que j'ai enfin vu, trop hâte), m'accorder quelques siestes pour récupérer des insomnies dues aux remontées acides... Comme je n'ai pas profité du deuxième trimestre soi-disant magique de la grossesse où l'on cesse d'avoir des nausées (et des vomissements, qui ont cessé début février cette fois-ci...), je profite des derniers jours, où la maison est calme, pour recharger les batteries. Plus que quinze jours...

Voir les commentaires