Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
La petite maison dans la banlieue

La juinite

30 Juin 2015, 22:42pm

Publié par lapetitemaison

Vœu pieux. Ex : "quand on aura fini notre juinite, on profitera du jardin".

Vœu pieux. Ex : "quand on aura fini notre juinite, on profitera du jardin".

Je sors à peine d’une juinite sévère, qui explique que ce blog soit couvert de toiles d’araignée, alors que je fourmille d’idées de billets qui ont du mal à sortir sur le clavier. Et ami lecteur, cela ne va pas te rassurer, mais c’est pareil au bureau.

Bref. La juinite. Mais qu’est-ce que c’est ? C’est une maladie qui dure approximativement 30 jours et qui commence fin mai, lorsque tu te rends compte que Mon-Dieu-ça-y-est-l’année(scolaire)-est-terminée-plus-qu’un-mois-avant-l’été (techniquement, un peu moins mais on va pas chipoter).

Disons moins d’un mois avant la grande transhumance, que tu fasses le grand chelem juillet-août, ou l’un ou l’autre, ou bien que tu tentes le mi-juillet-mi-août.
Bien évidemment, si tu as des colocs de moins de 1,20 m qui vivent chez toi, voire, si tu es joueur, plusieurs petits colocs, tu peux attraper une juinite plus ou moins sévère.

La juinite, c’est un gonflement de l’agenda : alors tu as hiberné quasiment toute l’année en semaine (ce qui te permet en passant de maintenir la maison à flot niveau linge et autres travaux domestiques), d’un coup tu as des trucs tout le temps. Voire de multiples invitations le même jour.

Commence alors un long et joyeux marathon où tu risques d’avoir mal au foie (abus de gâteaux au chocolat – le Capitaine en a confectionné une dizaine cette année), aux dents (abus de coca, de bonbons divers et variés), à la tête (abus de mauvais rosé et de vin rouge qui tâche, spécialement à jeun et en fin de semaine quand tu n’as rien dans l’estomac) et de manquer de sommeil (ce qui fait que, généralement, alors que tes enfants n’ont plus du tout envie de faire la sieste, à part Colombine à qui on ne demande pas son avis, tu t’écroules de fatigue le dimanche après-midi).

C’est ainsi que ces derniers jours, nous avons cumulé deux fêtes de l’école (et délégué la fête de la crèche à Cherry, qui n’a pas trop eu le choix, Colombine ayant déjà quitté sa section et attaqué le buffet), une fête de l’escrime, un dîner de chorale et un dîner de l’escrime, un dîner de voisins, des déplacements professionnels, dont un débordant sur le samedi avec retour à 3 heures le dimanche matin parce que l’avion était en retard, un petit-déjeuner des CE1 (pour-dire-merci-à-la-maîtresse), une projection du film tourné par Petit Châtain avec sa classe, une brocante, un mariage civil, un barbecue (parce-que-ça-fait-longtemps-qu’on-a-rien-fait-chez-nous)…

Au bout d’un moment, tu files des billets de 10 euros sans savoir trop pourquoi ni pour qui (les cadeaux des maîtresses/la sortie à Provins), tu signes des bulletins et des livrets scolaires sur n’importe quel support, les enfants ne cessent de te rappeler que tu oublies des choses et tu finis par dire que tu ne peux résoudre qu’un problème à la fois, merci, pas tous en même temps !!

Ajoutez à cela que le salon a été enfin repeint et le plancher reposé après la grêle de l’an dernier, que nous dormons avec les fauteuils du salon et que nous n’avons pas encore remis les meubles en place, que l’on a découvert que Petit Châtain n’entendait plus trop de l’oreille gauche à cause d’une otite céreuse et qu’il fallait lui poser un yoyo le jour de la sortie des classes (ajoutant donc une prise de sang et un rendez-vous avec l’anesthésiste au calendrier)… On est plus que contents de voir juillet arriver !

Voir les commentaires

L'épreuve de l'année

1 Juin 2015, 19:44pm

Publié par lapetitemaison

L'épreuve de l'année

C'est sans doute la chose que je déteste le plus dans la parentalité, presque à égalité avec les jeux au square, les fêtes d'école et même avant l'accouchement. C'est dire. Déjà parce que cela revient tous les ans, et pas question que cela passe à la trappe : le maudit goûter d'anniversaire avec les amis, les enfants l'attendent avec autant d'impatience que le matin de Noël.

Je déteste parce que je suis toujours à la bourre pour les invitations (trouvées cette année chez Hema), pour la date. Surtout pour le natif de Mai, Petit Brun, surtout cette année avec les 15 000 ponts. On a fini par le faire dimanche, jour de la fête des mères, notamment parce que Petit Brun avait été invité à un anniversaire la veille, DES 9 H DU MATIN. Juste avant que j'écrive les invitations.

Et pour les petits cadeaux aussi, même si on a considérablement revu notre copie au fil des ans : une surprise par sachet (en papier, trouvé chez Monoprix) et trois bonbons épicétou. Parfois un livre, des nombres à relier, et là des Mixels, que le Capitaine a trouvé à La Défonce après une pause déjeuner d'errance à la Grande Arnaque.

"Remettez vos chaussures pour aller dehors !"/"Moi, moi je sais où c'est le Nord"/Un message est caché sur cette photo. Sauras-tu le retrouver ?/Des boîtes mystérieuses.../"Ah ! une grille comme dans les mystères de Pékin !" (zut, démasqués. Toi aussi, tes parents ont eu 8 ans dans les années 1980 ?)"Remettez vos chaussures pour aller dehors !"/"Moi, moi je sais où c'est le Nord"/Un message est caché sur cette photo. Sauras-tu le retrouver ?/Des boîtes mystérieuses.../"Ah ! une grille comme dans les mystères de Pékin !" (zut, démasqués. Toi aussi, tes parents ont eu 8 ans dans les années 1980 ?)
"Remettez vos chaussures pour aller dehors !"/"Moi, moi je sais où c'est le Nord"/Un message est caché sur cette photo. Sauras-tu le retrouver ?/Des boîtes mystérieuses.../"Ah ! une grille comme dans les mystères de Pékin !" (zut, démasqués. Toi aussi, tes parents ont eu 8 ans dans les années 1980 ?)
"Remettez vos chaussures pour aller dehors !"/"Moi, moi je sais où c'est le Nord"/Un message est caché sur cette photo. Sauras-tu le retrouver ?/Des boîtes mystérieuses.../"Ah ! une grille comme dans les mystères de Pékin !" (zut, démasqués. Toi aussi, tes parents ont eu 8 ans dans les années 1980 ?)"Remettez vos chaussures pour aller dehors !"/"Moi, moi je sais où c'est le Nord"/Un message est caché sur cette photo. Sauras-tu le retrouver ?/Des boîtes mystérieuses.../"Ah ! une grille comme dans les mystères de Pékin !" (zut, démasqués. Toi aussi, tes parents ont eu 8 ans dans les années 1980 ?)

"Remettez vos chaussures pour aller dehors !"/"Moi, moi je sais où c'est le Nord"/Un message est caché sur cette photo. Sauras-tu le retrouver ?/Des boîtes mystérieuses.../"Ah ! une grille comme dans les mystères de Pékin !" (zut, démasqués. Toi aussi, tes parents ont eu 8 ans dans les années 1980 ?)

Bref, dimanche, on fêtait les 8 ans de Petit Brun. Il faisait un temps de Toussaint et la chasse au trésor concotée par le Capitaine depuis la veille menaçait de tomber à l'eau. Une version "in door" a été prestement préparée 40 minutes avant l'arrivée des invités. "Tu vois, c'était vraiment pas la peine de vouloir les emmener faire de l'accrobranche, ils auraient tous été malades", me dit le Capitaine. La perspective de 7 garçons hurlant dans la maison pendant la sieste de Colombine ne me console pas vraiment.

Comme d'habitude, on a ressorti les ballons, la guirlande "Joyeux anniversaire", j'ai (un peu) culpabilisé parce que je n'avais pas fait une déco de dingue, alors le Capitaine avait préparé une chasse au trésor aux petits oignons, avec azimuts, messages codés, boîtes à mystères où plonger la main, chamboule-tout, etc. la veille jusque tard dans la nuit.

Comme d'habitude, les amis (3 de l'école, un de l'escrime, le-nouveau-voisin-qui-était-en-maternelle-avec-Petit-Brun, et Petit Châtain) sont arrivés pile à l'heure. Ils ont joué le jeu de se déguiser (en gros, choisir un couvre-chef et une arme, sauf un qui a chopé l'écusson de policier, heureusement la collection des garçons commence à être assez fournie) pour commencer la chasse au trésor dans le salon.

Comme d'habitude, à peine le premier message trouvé, Petit Brun a commencé à être odieux, à arracher les messages des mains de ceux qui les trouvaient, à essayer de resquiller au chamboule-tout et aux boîtes mystérieuses (où nous avions pourtant instauré un "plouf" pour plus d'égalité).


Comme d'habitude, nous nous sommes fâchés, à tour de rôle.


Comme d'habitude, la chasse au trésor a duré une demi-heure. Plus que deux heures à tuer.


Comme d'habitude, tout s'est réglé à l'ouverture du coffre au trésor et à l'ouverture des (trop) nombreux cadeaux, une fois les bougies soufflées.


Comme d'habitude, personne n'a touché au gâteau mais le niveau des bols de bonbons est descendu très rapidement. Colombine a goudîné essentiellement à base de chocolat et de glucides. Très équilibré.


Comme d'habitude, ils ont fini par aller jouer aux legos dans la chambre de Petit Brun. Au bout d'une demi-heure, ils sont tous descendus jouer au foot/rugby, bref avec un ballon. Tous, sauf Petit Brun, Petit Châtain et un troisième larron.

Comme d'habitude, on a fini par se dire que l'année prochaine, on ne ferait pas de goûter pour Petit Brun, parce que cela finit toujours au clash. Alors que pour Petit Châtain, tout se passe toujours bien. Ou alors autre chose, en invitant moins de personnes. Une activité peut-être...

Voir les commentaires