Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
La petite maison dans la banlieue

Celui qui n'y croyait plus

15 Décembre 2014, 21:35pm

Publié par lapetitemaison

Celui qui n'y croyait plus

Déjà, l'année dernière, au début du mois de décembre, Petit Brun était rentré de l'école en claironnant : "de toutes façons, le Père Noël n'existe pas, ce sont les parents qui achètent des cadeaux !" Petit Châtain avait ignoré l'annonce, et plus le mois passait, plus Petit Brun semblait y croire encore, et nous n'avons rien fait pour l'en dissuader. On aurait peut-être dû, cela nous aurait permis de dormir plus longtemps les trois matins précédents celui de Noël : "Mamaaan, Mamaaan, le Père Noël n'est pas passé !"

Le père Noël, on était pas spécialement pour, au départ. Nous n'avons pas eu le choix, l'endoctrinement ayant commencé dès la première année de crèche et poursuivi avec enthousiasme en maternelle (l'Homme en rouge vient même distribuer des cadeaux dans les classes, des cadeaux collectifs) et par les magazines préférés des enfants. Oui, on aurait pu opter pour Saint Nicolas, mais ce n'était pas la tradition dans aucune de nos familles.

On a entretenu le mythe, parce que la lettre au Père Noël, je trouve cela plutôt rigolo et même pratique pour les adultes (sauf si bien sûr, vous avez noté pendant 11 mois des idées en "notes" dans votre téléphone), ainsi que l'assiette de friandises le soir de Noël et le petit mot doux laissé dans notre salon quand nous ne passons pas Noël chez nous (soit tous les ans depuis trois ans).

A l'âge de Petit Brun, j'avais entendu les bruissements des papiers cadeaux et des bolducs que l'on frise et donc découvert que c'étaient les parents qui apportaient les cadeaux. De toutes façons, il n'y avait pas de cheminée dans notre appartement, et je m'étais toujours demandé comment il ferait pour ouvrir la porte et les explications du genre "il se glisse sous la porte" m'avaient toujours semblé un peu farfelues. Mais pourquoi les parents mentiraient-ils ?

Grosse grosse déception, mais moins cruelle que de savoir que la petite souris n'existait pas, contrairement à ce qui était affirmé dans un de nos livres, comme m'avait assené une camarade de classe (ce qui me soulageait cela dit, cela ne me plaisait pas du tout qu'une souris se faufile sous mon oreiller). Petit Brun, lui, y croit toujours. La dernière fois que nous avons oublié de glisser un euro sous son oreiller, prétendant que notre chat avait dû intercepter le petit rongeur, Petit Brun a tenu lui-même à exfiltrer Tihi...

Quand un soir, dans l'obscurité de la voiture, une petite voix m'a posément expliqué que le Père Noël, c'était les parents qui apportaient les cadeaux, et que c'était vrai, j'ai compris que la comédie était finie. J'ai demandé à Petit Brun de garder le secret, maintenant qu'il était grand, pour Petit Châtain et Colombine, jusqu'à ce qu'ils le découvrent tout seuls. Et que peut importait que le Père Noël existe ou pas, l'important c'était de faire plaisir avec un cadeau, à la hauteur de ses moyens. "Mais qu'as-tu fait de ma lettre au Père Noël ?" Scannée et envoyée par mail aux nombreux Père Noël, répondis-je, on s'était pas embêtés à suer sang et eau sur ces fameuses lettres juste pour la beauté de l'exercice ! "Je peux rajouter quelque chose ?" Ah non, faut pas pousser non plus... "Mais maintenant, tu peux aussi faire des cadeaux aux autres"."Oui, mais c'est pas juste personne ne va me fabriquer de cadeaux"... (Je n'avais pas pensé, comme me l'a suggéré une amie, de faire participer Petit Châtain en "filant un coup de main aux lutins du Père Noël". L'année prochaine.)

Farine, maïzena, huile, eau : à colorer comme on veut/Pot de récup et stock d'autollants Cath Kidston/Conception, modélisation... Et résultat final.Farine, maïzena, huile, eau : à colorer comme on veut/Pot de récup et stock d'autollants Cath Kidston/Conception, modélisation... Et résultat final.
Farine, maïzena, huile, eau : à colorer comme on veut/Pot de récup et stock d'autollants Cath Kidston/Conception, modélisation... Et résultat final.Farine, maïzena, huile, eau : à colorer comme on veut/Pot de récup et stock d'autollants Cath Kidston/Conception, modélisation... Et résultat final.

Farine, maïzena, huile, eau : à colorer comme on veut/Pot de récup et stock d'autollants Cath Kidston/Conception, modélisation... Et résultat final.

Nous avions une fenêtre de tir privilégiée pour l’opération "Lutin de Noël" : samedi après-midi, pendant la sieste de Colombine et un énième anniversaire Reine des Neiges chez une camarade de Petit Châtain. J'avais sélectionné deux bricolages (enfin, maintenant on dirait "DIY", "do it yourself", comme si l'anglais rendait branchouille le cadeau fait maison) pour gâter Colombine et Petit Châtain : de la pâte à modeler comestible (recette trouvée ici, hyper facile, j'attends de voir à l'usage, mais enthousiasmés, nous avons déjà prévu d'en faire cet été à La Rinissé) et une paire de jumelles, réalisée en utilisant des tubes de rouleau de papier cadeau. Grâce à l'aide du Capitaine (qui modélise beaucoup mieux dans l'espace que moi) et à un peu de scotch noir d'électricien et de garcette blanche, les jumelles de Dark Vador seront sous le sapin... Cette année, faute de temps, l'opération a été volontairement limitée à la famille proche. Les autres s'en réjouiront peut-être !

Celui qui n'y croyait plus

Petit Brun ayant rejeté toutes mes idées de DIY pour son père (porte-clé loom, marque-ta-page, dessin, etc.) et n'ayant eu que quatre jours pour y penser (quatre jours pendant lesquels je devais moi aussi remplir ma hotte et faire des étincelles), en désespoir de cause, je proposais d'utiliser la cagnotte de sa tirelire et d'aller "en ville", soit en centre-ville, à 10 minutes à pieds, chez Monoprix. Dans son porte-monnaie gagné à l'une des nombreuses kermesses du mois de novembre, toute sa fortune : 12 euros, accumulation des pièces de la petite souris, et de divers "donateurs".

Une fois dans les rayons, Petit Brun n'avait aucune idée de cadeau, ne trouvait pas les prix sur les étiquettes.... Pour éviter d'avoir du fond de teint carotte dans mes chaussons, j'ai (un peu) orienté les achats. J'aurais bien aimé que le Capitaine gère avec Petit Brun mon propre cadeau, mais l'emploi du temps de l'après-midi était trop serré. Nous avons fini par trouver quelque chose pour son père, et avons remonté LA rue commerçante. Dans la pharmacie (heureusement pourvue d'un rayon d'une marque qui sent bon le Sud), j'envoyais Petit Brun s'occuper de mon cadeau. "Je suis timide", rougissait-il, en refusant de parler à la préparatrice seul. Je l'ai donc accompagné, expliqué sa mission et quel était son budget et laissé se débrouiller (un peu). Je crois avoir gagné un savon gratis dans l'opération... Réponse dans dix jours !

Voir les commentaires

Décembre, en Avent

1 Décembre 2014, 21:17pm

Publié par lapetitemaison

Décembre, en Avent

Je n'ai pas vu passer Novembre. Il faut dire que dès le 15 du mois et l'arrivée dans nos boîtes aux lettres des magazines des enfants, l'offensive rouge et verte était lancée. "Maman, maman, on peut faire le calendrier de l'Avent/la crèche de Pomme d'Api ?" Petit Brun était très déçu de voir que dans J'aime lire, terminé les bricolages de Noël... "On regardera tout ça au début de l'Avent, et ce n'est pas avant le 30 novembre", avait-je tranché. Au moins quinze jours de gagné, ouf.

Mais à quoi ai-je bien pu passer le mois de Novembre ? À écluser les machines post-Guadeloupe, puis celles du quotidien, à ranger les vagues de bazar que les enfants ramènent sans cesse sur la table de la salle à manger. À aller le 11 novembre voir la flamme du soldat inconnu, parce que Petit Brun était revenu gonflé à bloc d'une séance "découverte du monde" sur la Première guerre mondiale. Et qu'il n'a jamais pris son petit déjeuner et ne s'est jamais aussi vite habillé que ce matin-là, tout comme Petit Châtain, qui aime pourtant battre des records de lenteur. Après 2 h 30 derrière une barrière, loin, très loin de l'arche et de l'écran géant, Petit Brun me confia vouloir être militaire plus tard "comme ça tu pourras être dans les gradins et bien voir le défilé"...
À courir de kermesse en kermesse, à préparer des lots (des jouets-en-bon-état mais avec lesquels les garçons ne jouent plus et qui ne sont pas encore partis à La Rinissé ou à La Trinité), à commander des gâteaux pour les buvettes au Capitaine à la dernière minute et à tenir des stands improbables (le tir aux pigeons, deux heures de pliés-ramassés de fléchettes et de levers de bras pour lancer les oiseaux infernaux qui tournent autour d'une tige qui descend)... À avancer un peu... En janvier, je vous raconte tout, promis, dès que j'ai tourné la page (pro).

Après 15 jours à piaffer, autant dire que Petit Brun et Petit Châtain étaient méga au taquet, et que le premier dimanche de l'Avent, pas la peine de se défiler. En zakouski, ils avaient déjà écrit leur liste au Père Noël mercredi après-midi, vraiment manuscrite pour Petit Brun, un savant collage pour Petit Châtain, qui a tourné au drame quand Petit Brun a malencontreusement renversé ma tasse de thé sur la lettre de son frère...

Dimanche après-midi, ils ont pris de court leur grand-mère en réclamant de faire la crèche à peine arrivés. Il a fallu monter la table en quatrième vitesse, vite disposer une nappe, sortir les santons – en faisant en sorte que chacun en mette autant que son voisin : "les rois mages, dans le salon", "attention, ton père a cassé l'oreille de l'âne, il faut le placer dans ce sens", JB a fait sauter les plombs de la salle à manger en voulant brancher le système électrique de la crèche – qui n'a jamais fonctionné... On a même mis la couronne sur la porte, mais pas plus, Grand-maman n'ayant pas prévu de sortir tout-de-suite-là-maintenant sa couronne de l'Avent pour allumer la première bougie.

Arrivés à la maison, rebelote. Comme le salon n'a toujours pas retrouvé son aspect normal (depuis la grêle de juin, les peintres sont annoncés pour janvier, j'ai dégagé le buffet, recouvert de papier crèche et nous avons retrouvé les petits santons, dont les deux mini-Colombiennes, installé les sapins (violet et orange à paillettes) réalisés par Petit Brun en classe et que je n'ai pas eu le cœur de jeter, mis le petit Jésus dans le tiroir en attendant le 24, pendant que les Rois mages et leur chameau commençaient leur périple sur les étagères sous l'escalier. Nous avons allumé la première bougie de l'Avent... En attendant de décorer le sapin, qui sera livré samedi matin. Plus que trois semaines avant Noël. Le compte à rebours a commencé... Et le froid est (enfin) arrivé.

Voir les commentaires