Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
La petite maison dans la banlieue

Où l'on a survécu à décembre

21 Décembre 2013, 21:01pm

Publié par lapetitemaison

Note pour l'année prochaine : ne pas mettre le sapin devant un radiateur, ça fait un fond de photo immonde...

Note pour l'année prochaine : ne pas mettre le sapin devant un radiateur, ça fait un fond de photo immonde...

Où l'on est quasi prêts à partir en vacances. Les machines sont encore en train de tourner, les valises sont en cours de constitution, cap vers La Rinissé pour Noël.
Où les travaux sont presque finis, si, si. La façade sur rue a été ravalée, reste les deux autres côtés, mais comme personne n'est intervenu depuis mardi sur le chantier, ce sera peut-être pour la dernière semaine de décembre. Ou début janvier, allez savoir. Nous n'avons plus les fenêtres masquées par des bâches en plastique comme depuis trois semaines, et ça fait du bien. Le jardin est définitivement un champ de boue, mais sa remise en forme est prévue pour 2014.
Où l'on a échappé à la grippe, mais pas à la gastro (deux fois). Et où Colombine s'est offert une petite après-midi de crise mardi (je ne m'étonne plus de ne pas avoir eu le temps d'écrire plus régulièrement ici), avec Samu convoqué à la crèche et voyage avec les pompiers jusqu'à l'hôpital (au nord de notre ville, c'est quand même très pratique d'en avoir encore un si près de la maison). Il me semblait qu'elle avait déjà utilisé son quota d'hosto pour 2013... Après avoir poireauté 2 heures dans une salle d'attente surchauffée, tenté de donner une compote à la fourchette (en plastique !) et un peu d'eau dans un verre à Colombine, nous sommes rentrées à la maison. Sans rapport d'incident dans le carnet de santé.
Où l'on a frôlé le burn-out de Noël ce mercredi en commençant par louper le rendez-vous de pédiatre d'une demi-heure (pour les 9 mois de Colombine). Où Pédiatre chéri a pris très au sérieux (comme la directrice de la crèche, pour qui le tour en ambulance était une première dans sa carrière) l'incident de la veille, et comme moi, y vois une redite de la tasse bue à la naissance. Si un épisode de fausse route aussi impressionnant se reproduisait, il faudrait envisager des examens complémentaires. Une radio, voire une fibroscopie (chouette). Je mise sur la croissance et sur la résorption naturelle des problèmes. Ensuite, nous avons couru toute la journée, du dessin à l'escrime (avec Colombine), en passant par la Poste (pour récupérer un colis de Noël, hum hum) "on est fermés revenez dans trois quarts d'heure, c'est un problème technique" à la banque "ah nooooon, je n'ai pas votre carnet de chèque", puis re-la Poste...
Où l'on a vu plus d'amis ces quinze derniers jours que pendant tout le mois de novembre. Une sorte de profusion sociale comme si tout le monde sortait de sa tanière en se disant qu'horreur, malheur, on approchait de la trêve des confiseurs. Sans compter les amis du bout du monde de passage, qu'on ne va pas louper, c'est un peu comme la comète de Hailey, ils ne repassent que dans deux ans environ.
Où les garçons terminent le premier trimestre avec des appréciations dithyrambiques, notamment Petit Brun, "élève très agréable en classe, qui veut donner le meilleur de lui-même". J'étais bien contente d'avoir couru (chargée de paquets) depuis Saint Lazare pour être bien à l'heure pour la chorale de chants de Noël (surtout axés sur le Père Noël) à l'école de Petit Châtain. Pour découvrir que ce petit garçon, qui peut être mutique même avec des personnes qu'il connaît, était hyper à l'aise dans la salle de danse pleine à craquer. Souriant, slamant avec conviction les textes (on ne peut pas parler de chant...), mimant tous les gestes... A part l'oubli du pull ROUGE (le dress code était rouge et vert) par le père de l'enfant le matin alors que je l'avais préalablement sorti, tout était parfait...
Où l'on a frisé la catastrophe tout à l'heure quand Petit Brun et Petit Châtain ont demandé à jouer avec le jeu de l'éléphant qui envoie des papillons. Lequel se trouve en haut du placard où tous les cadeaux sont entassés. Et pas encore emballés, étant donné que j'ai terminé de remplir ma hotte ce matin. Petit Brun qui croit encore au Vieux Barbu, mais parfois assène devant son frère qu'il n'existe pas (merci l'école, merci la maîtresse qui fait fabriquer des cadeaux pour les parents...) Je laisse dire, encore cette année.
Où l'on essaiera de donner des nouvelles pendant les vacances, maintenant que La Rinissé est connectée à Linternet... Et à vous qui passez par ici, un très Joyeux Noël !

Commenter cet article