Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
La petite maison dans la banlieue

Le temps des bêtises

17 Juin 2013, 21:04pm

Publié par lapetitemaison

Le temps des bêtises

Il semble désormais établi que le lundi soit le jour des conneries. Petit Brun et Petit Châtain ont en effet inauguré un nouveau cycle, avec panache, il faut le reconnaître. Lundi dernier, alors que j'avais été les chercher exceptionnellement à 16 h 30, c'est durant les TROIS MINUTES où je suis rentrée dans la maison changer et coucher leur sœur après son biberon donné dans le jardin (puisqu'il faisait beau) qu'ils ont réussi l'exploit d'exploser une vitre de la voiture. Ils se sont punis eux-mêmes, tellement ils ont été effrayés de voir la vitre se craqueler, puis se fendiller et finalement commencer à tomber. Tellement choqués que Petit Brun m'a appelé : "Mamaaaan, Petit Châtain a cassé la vitre de la voiture !" Mon cerveau a d'abord refusé de comprendre ce que mes oreilles lui transmettaient. J'ai eu surtout très peur qu'ils se soient blessés, comme quand mon frère avait traversé une baie vitrée dans notre cuisine de Damas, se retrouvant avec les jambes constellées d'éclats de verre, ameutant par ses cris notre propriétaire et sa fille qui en avaient oublié de mettre leur voile... Ouf, pas de blessés dans le jardin, mais une vitre en moins sur le minibus. Cela dit, Petit Brun et Petit Châtain avaient envoyé le gravier sur la fenêtre dont il fallait changer – au final, seulement réviser – le moteur du remonte-vitre. Si je n'ai pas trop puni sur le coup – ils avaient eu suffisamment peur tout seuls –, en revanche, il a été plus compliqué de leur faire comprendre, que non, on irait pas au Jardin d'Acclimatation ce week-end... Parce que le prix de la nouvelle vitre équivalait à 6 sorties comme celle que nous y avions faite en septembre... Et je ne culpabilise plus de les laisser au centre de loisirs : c'est toujours une vitre d'épargnée.
Il me semblait que la leçon avait été comprise. Ce matin, j'avais été intriguée par des traces de crème sur le lavabo, comme si le Capitaine avait voulu se laver les dents avec la crème action-minceur dénichée dans les enveloppes-surprises de la fête de l'école (têtes des garçons en découvrant qu'ils avaient gagné une crème pour le corps et de l'huile solaire). Ce soir, c'est l'odeur du dissolvant qui a trahi les Vandales. Qui non contents de ruiner mon gommage à l'amande L'Occitane, étalé ma crème de jour et une crème pour le corps sur la brossette dentaire du Capitaine et dans la cuillère à médicament que l'on garde près du lavabo (au cas où), avaient patouillé aussi un lait pour le corps et le shampoing anti-poux aux huiles essentielles... Et le dissolvant, donc. Au pied des toilettes (en montant dessus, les moins de 1,20 m ont accès à tous les produits a priori hors de leur portée), le sol, propre ce matin, était constellé de tâches suspectes...
Les deux coupables présumés (bruits de pas furtifs, simulation de sommeil), yeux rivés au sol, n'ont pas fourni de mobile et se sont mutuellement accusés des forfaits. Et sont repartis pour une nouvelle semaine sans télé (enfin, DVD) ni jeux sur l'ordinateur. On est pas près de remettre les pieds au Jardin d'Acclimatation...

Commenter cet article