Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
La petite maison dans la banlieue

Soixante bougies en 24 heures

5 Septembre 2011, 20:30pm

Publié par lapetitemaisondanslabanlieue.over-blog.com

60bougies.jpg

C'était un week-end d'anniversaire, ceux des trentenaires de la rentrée. Du côté du Capitaine, nous avions manqué la salve de mai (mois fécond s'il en est). L'une avait prévu un barbecue qui a bien failli passer à l'eau, mais entre un orage et une nuit de pluie, on a pu profiter du jardin. Certains étaient présents depuis longtemps et faisaient remarquer que le jardin n'avait pas tellement changé depuis le goûter des 6 ans. Certains cherchaient à reconstituer les écheveaux qui faisaient que nous nous retrouvions tous ici, et, sans le vouloir, le Capitaine et moi avons dû raconter plusieurs fois le pourquoi du comment nous nous étions rencontrés. Le fameux café narguilé a d'ailleurs été remplacé par une épicerie corse, tout se perd. Les neveux et nièces que nous avions connu bébés puis ribambelle de petites filles et petits garçons étaient maintenant des préados, les seuls d'ailleurs à se lancer sur la piste de danse. Nous n'avons pas pu vérifier si les trentenaires chenus présents les avaient rejoint, notre cure d'austérité personnelle post-colombienne nous imposait de rentrer pas trop tard. Pour nous entendre dire par la baby-sitter que désormais, ce serait 8 euros de l'heure. Au lieu de 7. Un énième effet de l'inflation (après le petit pain de la boulangerie chic qui prend 5 centimes par pièce, le bo bun qui passe de 7,80 euros à 8 euros... Il n'y a plus que ma fiche de paye qui n'augmente pas par miracle en septembre...)

Le lendemain, on faisait minibus commun avec Marianne et Ségo pour fêter - sous le sceau du secret – les 30 ans de celle qui était devenue amiénoise depuis un an. La route, maintenant connue, m'a semblée plus courte qu'en mars. Son mari attentionné avait tout organisé depuis la mi-août, préparé un buffet royal pour dix personnes (dont deux enfants qui se sont essentiellement gavés de chips, de salade tomates-mais et de forêt-noire "Pourquoi ça s'appelle forêt-noire, c'est un gâteau fabriqué dans la forêt ?" demandait M. 1000 questions alias Petit Brun) et acceptait notre invasion avec philosohie (mille excuses pour le sol que les chers petits ont laissé collant, et les miettes dispersées aux 4 coins du salon, sans compter le squat dans la chambre devant le dinateur...)

Certes, nous avons pris un coup de vieux, nous aussi. Quelques cheveux blancs, encore très discrets, pas trop de rides ni de kilos en trop (on a vainement cherché), des conjoints et des enfants en plus. Mais à les regarder, j'ai peine à croire que dix ans (et plus encore) ont passé depuis qu'on se connaît. Certes, cela fait longtemps que nous avons abandonné la danse classique, longtemps que nous avons eu enfin obtenu notre bac notre permis, terminé nos études supérieures. Et si parfois on s'était éloignées, retrouver le goût profond de notre amitié prend encore plus de saveur, peu importe la fréquence de nos rencontres. Sans compter que, cette fois-ci, on ne se quitte que pour 15 jours, autant dire qu'on se voit demain !

Commenter cet article