Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
La petite maison dans la banlieue

Requiem pour un chien jaune

10 Janvier 2012, 22:33pm

Publié par lapetitemaisondanslabanlieue.over-blog.com

toffee.jpg

Aujourd'hui; le chien jaune de mes parents s'en est allé. Un cancer fulgurant, pas décelé lors de sa dernière visite, il y a à peine huit jours. La décision a été prise d'abréger ses souffrances. Toffee était arrivée il y a dix ans à la maison. Aux vacances de Pâques, Ségo et Batiss avaient fondu devant l'adorable boule de poils – mais néanmoins la plus affirmée de sa portée, la seule femelle, une dominatrice nous dira-t-on plus tard. Ségo l'avait ramenée de ses Pyrénées natales au terme d'un épique voyage en train, à ce moment-là, elle tenait dans un sac. En grandissant, Toffee était devenu une dame chien au caractère affirmé, dont le dressage ne fut jamais complètement terminé... Ses grands bonds de joie à l'arrivée de visiteurs inconnus pouvaient être impressionnants, mais elle a vite adopté les pièces rapportées (qui ne l'appréciaient pas à sa juste valeur) et les bébés qui agrandissaient la famille, sans jalousie. Et eux aussi, finalement, après une phase d'adaptation, étaient trop contents de lui faire des câlins. Nous n'avons encore rien dit à Petit Brun et Petit Châtain...
Sa gloutonnerie, sa boulimie pourrait-on dire, appartient à la légende. Elle s'était d'abord attaquée à nos chaussures, rongeant des talons, mangeant le cuir tendre de mes bottes ("c'est de votre faute, vous n'avez pas qu'à les laisser traîner"). Puis les nouritures terrestres : camembert, bananes, mandarines, croutes de fromage, gâteaux au chocolat d'anniversaire (elle parvenait toujours à tromper notre vigilance pour se glisser dans la cuisine, et en se mettant sur ses pattes, était à bonne hauteur pour attraper ce qui restait sur le plan de travail), plateau entier de pruneaux au bacon AVEC les piques, sans compter la fameuse quarantaine de saucisses restantes d'un rallye auto, qu'elle avala – et recracha d'un coup – juste avant un barbecue... On appris qu'il ne fallait jamais lui donner du riz, mais elle se précipitait quand même sous les chaises de Petit Brun et de Petit Châtain pour un nettoyage complet du sol, quelque fût le menu...

On ne compte pas non plus les nombreuses expéditions désespérées pour aller chercher Truffy quand elle avait pris la poudre d'escampette. Voire même pris un bain dans la Loire le matin de notre mariage, obligeant Batiss à plonger dans le fleuve pour la récupérer... Bizarrement, elle n'aura pas fait le grand plongeon dans la piscine de La Rinissé comme nous l'avons toujours craint... Elle finissait toujours par revenir... ou nous par la retrouver... au refuge de la SPA... chez une voisine compatissante... ou tout simplement en train de se promener de son pas tranquille, en musardant...
En vieillissant, elle avait pris de mauvaises habitudes et on la retrouvait souvent en odalisque sur le canapé BLANC du salon, ou faisant la sieste sur la couette de la chambre du rez-de-chaussée (les portes modernes, si légères, s'ouvrent très simplement en poussant avec une truffe), voire même sur le palier du premier étage (pour un chien qui devait dormir à la cave, hum). Je crois qu'elle n'était jamais aussi heureuse que quand la maison était pleine, et  notamment quand, à La Rinissé, elle se glissait sous la table de la cuisine pendant nos repas et en ronflait de contentement.

Ce fut un chien heureux, choyé... Alors, Toffee, profite bien du paradis des chiens !

Commenter cet article