Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
La petite maison dans la banlieue

Renouveaux

23 Mars 2011, 22:45pm

Publié par lapetitemaisondanslabanlieue.over-blog.com

Parfois, je me dis qu'on ne prend pas assez le temps. De voir les gens qui comptent. Plus souvent. De passer les coups de fils qu'il faut, quand il le faut. Bizarrement, alors que février – coupé par une semaine de ski – avait été assez tranquille, mars se révèle être un mois de socialisation internse. L'agenda est plein à craquer, aussi bien en semaine que le week-end. Dîners, spectacles, expos, cinés, goûter... Même les pause déjeuner sont saturées, parfois inopinément.

Et le road trip à Amiens de ce week-end me l'a confirmé. Oui, on a réussi à combiner quatre agendas, à caser trois enfants à deux papas. Et réaliser cette expédition que l'on avait envisagé en janvier. Aller voir celle qui avait enfin trouvé du boulot, mais pas à l'étranger, ni en Suisse, ni même à Lyon. Mais à Amiens. Qui courageusement, un vendredi pour le lundi suivant, est partie, avec un mari encore plus courageux qui l'a suivie, sans boulot qui l'attendait ni sans rien trouver, parce que le marché de l'emploi picard... Un mari tellement attentionné qu'il nous a laissé entre filles le temps du déjeuner, un déjeuner à quatre qui ne nous était pas arrivé depuis... tellement longtemps (pas avant l'an 2000, quand même, mais peut-être depuis cinq ou six ans).

Joie des retrouvailles. Saines colères partagées contre tout ceux qui nous met en rogne, éclats de rire devant l'absurdité de la vie. Oui, ça valait le coup de bousculer la routine du quotidien, de prendre un RER le dimanche matin pour traverser la banlieue et rallier la voiture de Ségo. De faire quatre heures de route aller-retour dans l'aprem à travers le plat pays. De se dire qu'on recommencera, en emmenant toute la smala et peut-être même que cette fois-ci, on ira faire une balade en centre-ville ou dans les hortillonnages.

Ce même week-end, originellement, c'est en Auvergne que j'aurais dû le passer. Avec les poulettes, ma bande rapprochée depuis Lille, éparpillées un peu partout. Qui même à Paris a dû mal à se voir. Et qui privilégie bon an, mal an, une à deux occasions de se retrouver. Cett fois-ci, ce devait être à Clermont, chez Violaine. Qui n'a pas pu nous accueillir pour cause d'oral imminent ce lundi. Pour un concours qu'elle prépare courageusement depuis un an, avec un petit Mimon, un Homme et une maison à faire tourner.

On fera trembler les volcans d'Auvergne en juillet. Dans le nouveau château de Vio, où elle pourra nous accueillir largement. Peut-être même qu'on lui apportera des graines pour son futur potager. Et d'ici-là, comme depuis sept ans maintenant, quotidiennement, on refera le monde dans notre espace numérique...

Commenter cet article