Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
La petite maison dans la banlieue

Pause shopping

1 Décembre 2011, 21:40pm

Publié par lapetitemaisondanslabanlieue.over-blog.com

petites.jpg

Tout le mois de Novembre, petits chèques à envoyer au Trésor (public) oblige, c'était restrictions budgétaires, sauf le temps d'une escapade londonienne (et encore). Mais en décembre, pour des fiançailles, il me fallait une robe. Chic. Et pas noire, si possible. Pourquoi serait-on obligé de faire la fête obligatoirement en noir tout l'hiver et de ne réserver les couleurs vives que pour l'été ? Surtout pour des fiançailles, qui plus est ! Ma copine Sixt, qui travaille à quatre ordis de du mien, m'avait dit, quand je lui ai proposé de m'accompagner : "t'as raison, c'est la meilleure vente privée de Paris". Mon plan machiavélique était le suivant : si je trouve je prends, et après, éventuellement, je fais le tour des boutiques du quartier du bureau (facile, une boutique de mode y éclot tous les mois).

Autant dire que ce matin, quand Petit Brun m'a dit d'une voix mourante : "j'ai mal au ventre, je veux rester à la maison", je me suis dit intérieurement : "ah non, pas le jour de la vente privée !" Et j'ai réussi à lui faire admettre qu'aujourd'hui, il irait à l'école, mais que pour demain, je négocierai avec Grand-maman (sauf que celle-ci, déjà réquisitionnée la semaine dernière pour Petit Châtain, qui va beaucoup mieux, merci, aurait sans doute d'autres chats à fouetter). Et d'un coup, Petit Brun s'est réveillé, a englouti son petit-déjeuner. Ouf, pause shopping sauvée.

A 13 heures, j'ai rejoint Sixt sur place, en ayant imprimé l'invitation (qui, pour une fois, était effectivement demandée à l'entrée). L'endroit était immense, surchauffé, et peuplé de fashionistas en taille 34. En mode rouleau compresseur, j'ai fourré dans mon sac en plastique transparent (au cas où je veuille prendre des trucs en loucedé), une robe rouge, une façon ikat, une bleue, et une autre bleu pétrole, que je cherche désespérément depuis deux ans que le bleu Klein est à la mode, sans la trouver. Elle était toute chiffonnée). Je vous passe les sauts à pieds joints, la démarche légèrement entravée par le jean qui me tombait sur les pieds pour attraper un bout de glace. Oui, parce qu'on essaye entre les portants, façon défilés de mode, tout le monde se déshabille sur place. Les vigiles sont aussi stoïques que des moines bouddhistes et les vendeuses haranguent la foule pour refourguer leurs pulls en cachemire comme si elles avaient un stand au marché. Finalement, c'est la robe bleue, bien que chiffonnée, qui serait parfaite. La robe en ikat, que l'on trouvait bien jolie mais qui n'était disponible qu'en taille L, fut finalement laissée sur le portant. Je me trouvais EXTREMEMENT raisonnable.

"On va voir là-haut ?" Bien nous en a pris. J'ai retrouvé tout un bataillon de robes en ikat en S et M. Et j'en ai pris une pour ce printemps, effectivement, la taille L était bien trop grande. Elle a une longueur parfaite pour faire du vélo et donc la mettre au bureau (pour changer du jean uniforme...) Avoir deux robes pour le prix d'une en magasin, la bonne affaire ! J'ai laissé un chèque (avec mon numéro de portable au dos, au cas où j'aurais laissé un chèque en bois, j'ai failli tenter une blague : "c'est le début du mois, vous savez, le compte est encore plein", mais la dame n'avait pas l'air de rigoler).
Mission accomplie... en attendant le début des soldes, le 4 janvier, hin hin hin. Encore un mois pour préparer psychologiquement Jean-Claude Trichet... D'autant plus, qu'à la caisse, on m'a refourgué un bon de réduction de 50 % valable 10 jours en décembre sur la collection en boutique actuellement... J'ai noblement répondu à Jean-Claude Trichet (aka le Capitaine) que je ne l'utiliserai pas, que j'avais tout ce qu'il faut. Et de toute façon, je vais avoir tellement peu de temps pour des pauses shopping à midi que je ne voyais pas quand l'utiliser. Reste à ne pas craquer...

Commenter cet article