Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
La petite maison dans la banlieue

Paquorama

12 Avril 2012, 21:55pm

Publié par lapetitemaison

Attention, billet placé sous le signe de la panique devant le retard pris. La faute au week-end de Pâques lui-même, où j'aurais pu faire un billet, mais j'ai préféré lire au soleil (car oui, il fait beau par intermittence, contre toute attente), faire des balades, passer à table, manger, sortir de table pour ranger la cuisine et remettre la table, régler deux ou trois courses essentielles telles que : trouver des chaussures neuves pour le printemps pour Petit Brun et Petit Châtain (expédition à Tours), faire le plein de plantes vertes à la serre, idéalement située à côté de la centrale nucléaire (et non, la vendeuse n'avait pas trois narines et non, les plantes n'ont pas encore crevé, une fois éloignées des colonnes de vapeurs d'eau), et last not least, faire un plein au Carrefour, de couches notamment pour Petit Châtain qui en utilise encore deux par jour (sieste et nuit).
Du coup, kaléidoscope, pot pourri, méli mélo, comme vous voulez :

DSC08122DSC08125

Les cerisiers étaient en fleurs, on en aurait bien pris un à la serre, calculé avec précision son emplacement pour qu'il ne se cogne pas dans le figuier et puis nous cache un peu de notre petite rue aussi. Manque de bol, il n'y en avait pas à la serre, il n'y avait que des pommiers en promo. La glycine était magnifique. Un jour, la nôtre sera aussi comme ça. Un jour.

Samedi après-midi, opération chaussures pour Petit Brun et Petit Châtain. Non, aucun monstre n'a déchiqueté la Rue Nationale par le milieu : ce sont les travaux du tramway. Autant dire que le shopping perd de son charme, à avancer sur les trottoirs serrés comme dans le métro. Mais ces messieurs ont trouvé chaussures à leur pieds... Il était temps !!

DSC08130

DSC08135

DSC08134

La nuit de samedi à dimanche, la gastro que nous avions crue derrière nous (un épisode dans la nuit de mercredi à jeudi) a repointé le bout de son nez. Heureusement, Petit Brun a eu le réflexe de courir dans la salle de bain : on a évité le massacre du jonc de mer qui couvre le sol de leur chambre à La Rinissé... Mais quand il est venu nous demander, à 7 h 30, s'il pouvait aller voir si les cloches étaient passées, on l'a prestement envoyé se recoucher, pendant que j'allais vite réveiller Grand-maman afin qu'elle aille installer les œufs dans le jardin... Les cloches ont été généreuses !
DSC08140DSC08143DSC08145DSC08144
DSC08142

DSC08146

 

Pour le repas de Pâques, on a ressorti la nappe syrienne rouge que Grand-maman aime tant qu'elle est décolorée et un peu usée – mais qui sait quand on pourra retrouver une nouvelle nappe brodée pour Pâques dans le souk Hamiddiyeh ? Disposé les sardines en chocolat, si belles que c'était presque dommage de les manger et de déchirer leurs robes argentées, installé dans le compotier les œufs peints trouvés chez le fromager, comestibles, ce dont nous doutions, la plus scientifique d'entre nous, Vic, arguant que la coquille étant poreuse, la peinture avait toutes les chances de passer... Mais le soir même, on finit par les manger, et, miracle, personne ne fut malade !
DSC08158DSC08157Pour le dessert, Vic avait réalisé un cheesecake délicieux, raté, selon elle, bien que nous ayons astucieusement camouflé le rift qui s'était créé au centre avec de la friture...
DSC08159DSC08163
DSC08167

DSC08169

Après le déjeuner, vers 15 h 30, soit disant pour occuper Petit Brun (qui refusait d'aller faire la sieste malgré une nuit agitée), il fut décidé de sortir les bateaux télécommandés et de les faire voguer sur les eaux particulièrement troubles de la piscine – un beau vert épinard, il a fait très chaud fin mars et, comme tous les ans, la piscine a tourné. Et les chocs chloriques du week-end n'ont pas réussi à la ressusciter...
DSC08179DSC08181DSC08182

Une fois Petit Châtain réveillé de sa sieste (ou disons du long moment où il est resté dans sa chambre, devant le désordre ambiant, je n'étais plus très sûre qu'il ait vraiment dormi), les garchons ont enfourché vélo et draisienne pour une promenade jusqu'à la rivière. En se demandant s'il y avait des crocodiles, des requins, voire même, rêvons un peu, des poissons dans le fossé qui bordait le chemin. Nous avons agrandi notre circuit de balades, et cet été, si Petit Châtain arrive à bien pédaler, celle-ci pourrait bien être une de nos préférées (hormis la traditionnelle inspection des poules de la voisine).
Le soir, on sortit le Trivial Pursuit pour une partie endiablée, pendant que le Capitaine et le grand Grand-Père riaient aux éclats devant les épisodes de Kaamelott – soirée spéciale sur une chaîne de la TNT.
DSC08200Lundi matin, le week-end tirait déjà à sa fin. On avait promis à Vic de la déposer à la gare le soir, et devant le mauvais temps, un départ tardif semblait être une bonne option. Un petit tour à la serre donc s'imposait, notamment pour reconstituer notre potager. Hélas, la serre avait été dévalisée pendant le week-end, nous nous étions réveillés trop tard, et en même temps, nous étions venus trop tôt : il y avait peu de choix dans les légumes. Sur les conseils de Vic, on évita les pots "F1" (Monsanto, mal, pas bien) pour choisir des pieds de tomates anciens. On rafla aussi un pied d'aneth – qui monte haut et fait de jolies fleurs jaunes –, et finalement, beaucoup de fleurs : des pieds d'œillets roses et blancs, des myosotis (2e essai), des hortensias bleu et blancs, des plantes pour la jardinière de l'entrée dont j'ai déjà oublié le nom, mais qui ont besoin de peu d'eau et font des fleurs roses du plus bel effet...

On partit vers 19 heures, la voiture chargée à mort. Après avoir cherché partout mon smartphone-doudou, qui avait bêtement glissé entre deux sièges et qui miraculeusement n'était pas sur vibreur ni éteint et fut donc repéré grâce à la sonnerie. En embarquant par mégarde le sac du grand Grand-Père (qui chargeait sa voiture en même temps). On déposa Vic bien à l'heure et celle-ci eut juste le temps de nous appeler au secours avant qu'on ne rejoigne l'autoroute : son train était supprimé, pour cause de grève régionale. Qu'importe, un petit crochet par St Pierre-des-Corps, et hop, elle attrapait son TGV.
Le retour fut long, malgré la tangente avant le péage. D'où une semaine dans le cirage et ce billet pascal tardif. Surtout que s'est ajouté un dîner avec un invité lointain hier soir, un dépôt de Petit Châtain chez ses arrière-grands-parents ce soir (Fatiha part en week-end surprise d'anniversaire organisé par ses amies. Un vendredi. Hum. Pile le mois où nos jokers sitters sont en vacances). Vivement le week-end !

Commenter cet article