Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
La petite maison dans la banlieue

Luxe, calme et volupté

30 Mars 2011, 21:20pm

Publié par lapetitemaisondanslabanlieue.over-blog.com

3019127717_9f76949181.jpgSi rendre service, c'est s'offrir une petite virée chez Cartier, je suis  toujours volontaire... C'est ainsi que lundi, au soleil, je me suis échappée du bureau à 18 heures. Avec une excuse en béton  (et un air contrit s'il le fallait) : "j'emmène ma vieille mère à l'Opéra pour la fête des mères".
Me voilà donc place Vendôme, totalement décomplexée après avoir léché les vitrines rue Saint-Honoré. Au bout de cinq minutes, de marche, une jupe à 400 euros paraît presque abordable.
Prête à mettre un orteil dans un monde de luxe, en poussant la porte de Cartier (en fait, un groom vous ouvre la porte) au prétexte de changer la pile de la montre de ma maman. Sauf que.

" Pour le service après-vente, il fera aller rue de la Paix, madame, en suivant le trottoir de gauche, madame, en direction de l'Opéra", m'indique suavement le groom. Ok. Je vais aller dans la boutique des pauvres. La dernière fois que je suis entrée chez Cartier, j'étais habillée comme une pauvresse (boots de ski de chez Decath 1998, doudoune pour résister à l'hiver lillois et toque en vraie fourrure synthétique). Le Capitaine n'était guère mieux attifé, mais comme on cherchait une bague de fiançailles, on avait décidé de s'offrir la tournée des grands ducs. Et on nous avait brièvement laissé entrer. Lundi, j'étais un peu mieux attifée, mais je me suis drapée dans ma dignité avant de rallier la rue de la Paix. (Qui est quand même une des plus chères au Monopoly, me disais-je in petto). Je n'ai pas osé prendre l'entrée privée, et suis entrée dans un autre monde.

Où l'on est accueillie avec une exquise politesse, des "madame" en veux-tu en voilà, où l'on te reçoit au premier étage, dans des bureaux individuels. Les plateaux sont recouverts de cuir, et, bien qu'ayant sacrifié à la modernité de l'informatisation, un clavier sans fil - brr, vulgaire ! - est posé dessus.  La souris est elle aussi indépendante. L'écran de l'ordinateur, lui, est à la bonne hauteur pour que l'hôtesse puisse accomplir les opérations. Mais il est capitonné dans un portant de cuir. La bureautique version luxe, calme et volupté. Ce qui m'a donné des idées de revendications syndicales...
J'aurais pu presque profiter de cette intrusion dans cette bulle dorée. Sauf que. J'avais exactement 10 minutes pour m'acquitter du changement de la pile et rallier l'Opéra, avant que la représentation de Coppélia ne commence une demi-heure plus tard. Et plus ma charmante hôtesse s'acquittait de sa tâche avec délicatesse et sans précipitation, plus je stressais. Elle finit par ramener la montre – qui avait été auscultée par un horloger dans les profondeurs de la boutique –, en préconisant une petite révision, en notant bien la date du changement de pile (soit la rentrer sur la fiche client dans le serveur, puis aller chercher l'impression de ladite fiche dans une autre pièce, le bruit de l'imprimante devant être difficilement supportable pour les clients), en me fournissant une petite pochette estampillée pour le transport de la montre. Mais chez Cartier comme ailleurs, on finit par passer à la caisse. Sauf que le terminal de paiement était sagement rangé dans un tiroir, puisqu'il est sans fil... évidemment.

J'ai quitté à regret (puisqu'il fallait être à l'heure à l'Opéra), la boutique et ses gens délicieusement exquis pour replonger dans le tumulte parisien, oh pas longtemps. Avant de pénétrer dans le monde magique de l'Opéra Garnier. Où je n'avais jamais assisté à une représentation, bizarrement. Maintenant, je rêve d'un abonnement, pour prolonger l'extase plusieurs fois par an... et reprendre une coupette de champagne à l'entracte, so Marie Antoinette (pour 3,50 euros, pourquoi se priver ???)

Commenter cet article

Laeti 05/04/2011 17:34


Un article! Un article! Un article! :)


jb 31/03/2011 10:27


Je crois que t'as rêvé c'était 11€ la coupe


lapetitemaisondanslabanlieue.over-blog.com 31/03/2011 11:10



vraiment ? il me semble avoir entendu Maman dire : "c'est 3,50 euros..." Je confonds peut-être avec le Perrier