Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
La petite maison dans la banlieue

Les 24 heures normandes

23 Mai 2011, 20:03pm

Publié par lapetitemaisondanslabanlieue.over-blog.com

DSC03963.JPGC'est décidé, je milite pour le week-end de trois jours obligatoire. Avec huit heures de trajet  à caser,le temps réel passé au commencement (géographique) du monde a été circonscrit à 24 heures. Ce qui nous a permis de vérifier que le Capitaine était capable de transporter femme, enfants et beaux-parents sans débarquer tout le monde à la première aire du Héron cendré venue.

Non seulement on a eu droit au texto de 10 h 10 parce qu'on avait un brin de retard sur l'horaire pour passer prendre les aïeux, les passagers se sont montrés pointilleux (mais avec raison) sur l'aire où s'arrêter pour pique-niquer. Et effectivement, la petite table ombragée que nous avons annexé promptement (les gens préféraient déjeuner sur le cofffre de leur voiture) était plus agréable que la pelouse jaunie de l'aire du Coquillage. Sauf que, cinq kilomètres plus loin, Petit Brun a eu une envie pressante, et que nous avons dû faire un deuxième arrêt (et se ravitailler en eau). Etait-ce la présence de passagers inhabituels ? Les chers petits ne se sont JAMAIS endormis (sauf Petit Châtain, cinq minutes avant l'arrivée).

Les quatres heures de route nous ont permis de remarquer que ses chaussures étaient déjà explosées en deux mois... et donc de se ruer dans les magasins à peine débarqués (je n'avais moi-même aucune chaussure potable). L'après-midi a filé en un éclair, et hop, à 18h 30, nous prenions la direction de la chapelle du lycée de mon filleul, pour sa confirmation.

Grâce à Grand-maman et au Capitaine, j'ai eu juste le temps de le voir se faire confirmer (par chance, il était le 3e). Une fois de plus, j'ai passé la célébration à l'extérieur de l'église. Petit Châtain avait jeté son dévolu sur une petite blonde devant laquelle il roulait des mécaniques (gros rires gras, glissades sur le ventre sur les marches d'un autel au risque de se fracasser le crâne sur le radiateur en fonte voisin...) Petit Brun avait décidé d'asticoter son arrière-grand-mère et ne semblait pas du tout troublé par mes regards noirs. Grand-maman a une fois de plus perfectionné sa technique du pliage de feuille de messe en bateau, et à la communion (après laquelle nous avons exfiltré les affreux), nous étions accompagné de deux anges (même si Petit Châtain aurait bien pris un petit gâteau lui aussi). Nous sommes sortis à 20 heures... Pas étonnant que des enfants qui n'avaient pas fait la sieste n'en puissent plus. Mais tout de même : les neuf enfants assis sur le banc devant avaient-ils été drogués par leurs parents ? Il faut se rendre à l'évidence : le Saint Esprit n'a pas eu notre nouvelle adresse...

Nous avons repris la route après un barbecue sous un soleil de plomb (et pourtant le commencement du monde est réputé mondialement pour ses parapluies). Beaucoup hésité à rester. Mais il fallait éviter les troupeaux de Parisiens de retour de Deauville. On s'est promis qu'un jour, on s'arrêterait à Sainte-Mère Eglise montrer le mannequin du parachutiste accroché au clocher. Et qu'on irait sur les plages du Débarquement. Voire même en week-end à Jersey... La tête pleine de voyages à venir. Deux jours, c'est vraiment trop court !

Commenter cet article