Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
La petite maison dans la banlieue

Le bal des casse-pieds

6 Avril 2011, 21:49pm

Publié par lapetitemaisondanslabanlieue.over-blog.com

 

Mercredi, bal-des-casse-pieds-92-02-g.jpgd'habitude, c'est une journée cool. Parce que sans école. Grand-maman arrive sur les coups de 8 h 30, il n'y a qu'à emmener Petit Châtain pour le départ aux Canaillous, la maison des assistantes maternelles à laquelle Fatiha est inscrite le mercredi matin. Mais aujourd'hui, nous avons été invités contre notre gré au bal des casse-pieds, sans doute parce que les vacances de Pâques approchent, et que, depuis le début de l'année, chaque veille de départ en vacances donne lieu à un lâcher de merdes en escadrilles.
Ce que nous pressentions depuis l'achat de la maison - à savoir que cette porte d'entrée qui ne s'ouvre que de l'intérieur, c'était vraiment stupide - est arrivé. Nous allions tous partir chez Fatiha, Grand-maman et Titouan nous accompagnant, quand Grand maman a claqué la porte en me demandant si j'avais mes clés. Qui étaient, comme son sac à main (avec son jeu de clés à elle), le mien... dans la maison.

On est vite allés déposer Ambroise (sans son sac de jour, avec la souris doudou dedans, ce qui n'a posé aucun problème, comme quoi, les doudous...), en embarquant une radio (merci Fatiha !) au passage pour essayer d'ouvrir la porte. Sauf que les radios de maintenant sont beaucoup moins solides, ou alors on a une porte de la mort qui tue. On a juste réussi à l'entrebailler un peu. Le Capitaine, en route vers son bureau, n'avait toujours pas allumé son téléphone à 9 heures... Et a fini par rappliquer, un peu énervé par cette équipe de bras cassés (mais en même temps, je n'avais pas envie de raquer pour un serrurier, même si Grand-maman se proposait de régler la note).
Une fois la porte ouverte, plus le temps de finir mes tartines, ni de boire mon thé, refroidi depuis longtemps. J'ai filé vers la gare, avec miraculeusement clés, portables, pass navigo et téléphone. J'ai presque pas attendu le train. C'est deux stations plus loin que celui-ci n'a jamais voulu redémarrer. "Graves disfonctionnements sur le réseau", énonçait le haut-parleur (ce qui, en langage essenencéfeffe, veut dire : c'est la merde, on sait pas combien de temps ça va durer, mais on ne vous le dit pas pour pas que ce soit l'émeute au comptoir"). Finalement, au bout de dix minutes qui m'ont paru un siècle, on a fini par repartir. Et je n'avais que trois quarts d'heure de retard en arrivant au bureau.
Heureusement qu'aucun chef n'était là ce matin... Parce que c'était précisément le jour où nous devions revoir l'osthéopathe pour l'eczéma de Petit Brun (qui disparaît à vue d'oeil, incroyable). Et où ma pause déjeuner dure 2 h 30. Quand j'ai retrouvé Grand-maman et Petit Brun devant l'immeuble, celui-ci avait développé un urticaire géant. Après avoir été pris d'une quinte de toux telle dans le magasin de chaussures que la vendeuse avait fait vertement remarquer que ce petit avait une bronchite, et qu'elle espérait qu'il n'avait pas la coqueluche parce qu'elle n'était pas vaccinée. L'osthéopathe, qui s'était mélangé les pinceaux dans son agenda, croyait que nous avions rendez-vous à 13 h 15, me causant des sueurs froides, en arrivant comme une fleur de la Fnac des Ternes.

La séance, avec un Petit Brun urticaireux au dernier degré, s'est évidemment mal passée et a été écourtée, j'ai finalement passé plus de temps à discuter avec l'osthéopathe que Petit Brun à être manipulé. Rendez-vous fut pris pour fin juin, avant les vacances (en espérant que cette fois-ci, la période du pollen finie, il n'y aurait plus d'urticaire...)
J'ai profité du délicieux bagel au poulet casher que Grand-maman avait été chercher pour Petit Brun, qui préférait se bourrer de chips. Elle n'avait pas réalisé qu'en demandant avec insistance au serveur si les bagels étaient bien sans lait, sans beurre, sans rien, elle aurait pu passer pour un cliente mystère du Beth Din. Et le serveur, au supplice, de répéter : "je vous assure madame, il n'y a rien à base de produits laitiers, tout est préparé séparément !' (en attendant, on a trouvé un super plan sandwich !!!)

Je laissais Petit Brun et sa grand-mère rallier la banlieue pour aller voir l'homéopathe n°2 en urgence, afin de circonscrire l'urticaire et reprenais mon travail, enfin sereine. Sauf que. Grand-maman, en se perdant pour rallier le cabinet, avait loupé l'heure du rendez-vous et poireautait avec un Petit Brun insupportable dans la salle d'attente. Avec la remarque charitable de la secrétaire médicale au moment de partir : "en tous cas, il est beaucoup plus sage avec ses parents !" Mais l'homéopathe s'est voulu rassurant, parlant d'une réaction au pollen (toux+ urticaire), et donnant une liste de granules longue comme le bras pour conjurer les plaques blanches qui recouvraient le corps de Petit Brun. Petit Châtain, pendant ce temps, enquillait les heures sup chez Fatiha.

Quand je suis rentrée le soir, le Capitaine était à bout de nerfs, les deux frangins étant passablement odieux. Mais les plaques de Petit Brun avaient déjà quasiment disparu, et épuisés par cette journée,  les affreux se sont endormis d'un bloc... J-2 avant les vacances, il est grand temps !

Commenter cet article

tatagogo 07/04/2011 12:26


En tout cas le bagel casher ça me fait trop envie !!! (avec des haricots verts bien sur ;-))


Laeti 07/04/2011 10:56


Aaargh quelle horrible journée! Pauvre Petit Brun, on n'a pas idée d'être aussi réactif...


tatagogo 06/04/2011 23:42


Haut les coeurs !!! les vacances sont au bout de la semaine, vous devriez changer de serrure c'est trop dangereux ce genre de porte, surtout vu notre terrible hérédité familiale quant aux relations
entretenues avec nos clefs...


lapetitemaisondanslabanlieue.over-blog.com 07/04/2011 10:12



;-)  Je crois qu'on va surtout faire un autre double des clefs qu'on laissera chez un voisin... Une fois seulement depuis notre emménagement, je suis en progrès (et puis là, c'est même pas
moi qui ait claqué la porte !)