Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
La petite maison dans la banlieue

L'oreille cassée

29 Mars 2012, 20:48pm

Publié par lapetitemaison

IMG_20120329_094506.jpgDepuis deux jours, Petit Brun couinait qu'il avait mal à l'oreille, symptôme qui disparaissait comme par enchantement dès que l'on parlait de lui donner du Doliprane. Nous avions mis cela sur le compte de la fatigue. Mais ce matin, quand il est venu nous réveiller en pleurant, j'ai compris que l'otite était bien là. Petit Brun était chaud, un peu de température, et surtout prêt à boire la bouteille de Doliprane tellement il avait mal.
Après dix minutes à jouer à "qui va garder le nain malade aujourd'hui ?", une sorte de courtepaille incluant les réunions et autres échéances dans nos bureaux respectifs, j'ai vite capitulé et sorti le joker "jour enfant malade". Il faut dire que j'ai une sacrée avance sur le Capitaine, et ai découvert récemment que pour deux enfants, j'ai le stock faramineux de 10 jours enfants malades, contre 1 seul pour le Capitaine.

Lundi matin, j'avais gardé - mais en télétravail, ce qui n'est pas la même chose - Petit Châtain, qui avait trouvé le moyen en trois heures (de 5 heures à 8 heures, sinon c'est pas drôle) de repeindre draps, housses de couette, taies d'oreiller et pyjamas. Une sorte de gastro. J'avais préféré le garder au chaud.
Là, il fallait emmener Petit Brun chez le médecin. D'habitude, on obtient un rendez-vous vers 17 heures. Aujourd'hui, " le docteur est en congés et il n'est pas remplacé", gazouilla la secrétaire. Non, il n'y avait pas d'autre généraliste dans le cabinet, "mais vous pouvez prendre rendez-vous avec l'ORL, si vous voulez". Je répliquais que pour une simple otite, fallait peut-être pas pousser. Je cherchais un médecin généraliste, option homéopathie, pour rester dans le sentier lumineux du docteur Lumière. Las, aucun homéopathe dans le coin ne répondait. Je finis par appeler Fatiha pour retrouver le nom de son généraliste. Miracle, celui-ci consultait à partir de 14 heures.
En attendant d'aller chez le médecin, une fois le bureau et l'école avertis (à 9 h 30, hum, cela m'était totalement sorti de la tête) de l'intermède médical du jour, nous avons joué, lu des livres... Car Petit Brun, dopé par le Doliprane, eut une heure de grande forme. Avant de s'endormir en écoutant un conte. Je dus le réveiller pour le déjeuner, pris en tête-à-tête sur son lit. Une fois de plus, le plateau de lit (avec pieds), un achat que le Capitaine avait trouvé tout à fait ridicule, reprit du service. Petit Brun ne voulait pas manger, mais moi oui. Finalement, il picora un peu, s'habilla en ronchonnant, direction le cabinet médical, lestés de trois bouquins, pour la salle d'attente. Où on entra même pas, puisque nous étions les premiers patients de l'après-midi.

Mon diagnostic était bon : une otite. Qui nécessitait que Petit Brun reste à la maison demain également. Problème : demain, je dois VRAIMENT être au bureau. Tante Anne et Mané étaient dans l'Eurostar pour Londres, Grand-maman noyée dans ses bacs blancs et bien enrhumée... Pas de plan B : le Capitaine sacrifia donc son jour enfant malade 2012.

J'avais beaucoup d'ambition pour cette journée : et finalement, à part trier les médicaments périmés, je n'ai rien fait de plus... Car jouer au jeu des familles (une sorte de Memory que Petit Brun connaît par cœur et au cours duquel il multiplie les entourloupes pour gagner), lire des livres à la chaîne occupe bien la journée. Seul bienfait : la sieste calamiteuse que nous avons faite cet après-midi. Et si Petit Brun ne s'était pas réveillé mort de faim, je dormirai sans doute encore !

Commenter cet article