Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
La petite maison dans la banlieue

Dinosaures et compagnie

15 Mars 2013, 13:53pm

Publié par lapetitemaison

Dinosaure

C'était promis, juré, craché, c'était la carotte pour que Petit Brun ne soit pas trop triste de ne pas rentrer avec son frère à la maison cette semaine et reste quelques jours de plus chez ses grands-parents : on allait voir la fameuse exposition sur les dinosaures au Muséum d'histoire naturelle. Las, notre expédition au Jardin des Plantes a été différée de 24 heures pour cause de neige, oui, la fameuse journée du 13 mars où 10 centimètres sont tombés d'un coup.
Pour activer un peu les choses, j'ai marché sous la neige toute la journée de mardi. Le soir, je commençais à baliser : la neige tombée commençait à verglacer, le Capitaine croisera sur le chemin du retour (il était parti en vélo le matin) des voitures en travers de la route et lui-même se fera une frayeur ou deux... Si jamais Colombine se décidait cette nuit-là, il serait difficile de sortir la voiture dans la petite rue (notamment parce qu'il y avait des plaques de verglas), aucun taxi n'arriverait jusqu'à chez nous, même sur les rues plus larges, et hors de question d'appeler les pompiers pour finir à l'hôpital du coin. Mais, tentais-je de me rassurer, il n'y avait aucun signe avant-coureur. Grand-maman m'objecta que pour ma naissance non plus, la veille, il n'y avait aucun signe, qu'ils avaient été se balader toute la journée à Saint-Germain des Prés et qu'à 4 heures du matin je m'étais manifestée... J'étais soulagée quand la neige a cessé de tomber à minuit (et surtout quand à 5 heures du matin, il s'est avéré que Colombine ne mouftait pas).
Le lendemain, le jardin ressemblait à ça :
Neige mars 2013Neige3 mars 2013

avec la cote témoin sur le sommet de la boîte aux lettres. Autant dire que le chat avait de la neige jusqu'au ventre et a attendu que cela fonde avant de s'aventurer sur le tapis blanc.
Neige2 mars 2013
Petit Châtain a pu revêtir sa combinaison de ski pour aller faire quelques courses (bibliothèque, pharmacie, Monoprix) et nous avons marché dans la neige fraîche, qui aurait disparu en fin d'après-midi. Déjà en centre-ville, le ballet de la circulation, même ralentie, avait bien dégagé la chaussée, laissant de grandes flaques d'eau noirâtres bien plus casse-gueules que la neige fraîche au final... Pendant ce temps, Grand-maman et Petit Brun (qui n'avait pas ses après-skis avec lui, et pour cause, qui aurait imaginé en avoir besoin ???), après un mardi passé à regarder tomber la neige sans pouvoir sortir de la station de ski, se sont aventurés mercredi dans le bois d'à côté, à courir dans la neige et à faire des batailles de boules de neige.
Comme le réseau ferré fonctionnait à grand-peine (le grand Grand-Père finira par rentrer à pied mardi soir, le train n'allant pas plus loin que la station avant la sienne... bien loin du terminus de la ligne. Et le lendemain matin, la situation ne s'était guère améliorée), c'est donc jeudi que l'on se retrouva au Jardin des Plantes pour déjeuner et ensuite aller au Museum.

Animaux 2013
Une expédition, notamment parce que Petit Châtain marche lentement, descend et monte les escaliers du métro une marche par une marche (très très lentement parce qu'il regarde les publicités en même temps, notamment celle pour la tour Montparnasse avec la nacelle de montgolfière), qu'il a tendance à me broyer la main et à me tirer le bras : au retour, Petit Brun s'était ajouté au poids de son frère, je n'avais plus de bras quand nous avons enfin repris le train du retour à Saint-Lazare. Disons-le tout net : les garçons étaient trop petits pour profiter de l'expo sur les dinosaures, nous pensions tous voir de grands squelettes de dinosaures, il n'y en avait que deux, et comme ils ne savent pas encore lire, beaucoup de choses leur ont échappé. Pas grave, on s'est rattrapés avec la galerie de l'Evolution, qui court tout autour du bâtiment sur plusieurs étages, passionnante (même en zappant une vitrine sur trois), on est même redescendus pour aller voir les poissons au sous-sol... Heureusement que Grand-maman nous accompagnait et que je n'y suis pas allée seule comme j'en avais eu l'idée un jour de grève à l'école en février dernier : être debout et piétiner pendant deux heures était pénible, mais surtout le volume sonore du bâtiment m'a achevée. La population des visiteurs se composait à 90 % d'enfants entre 18 mois et des ados de 15 ans avachis qui remplissaient des questionnaires d'une main et envoyaient des textos de l'autre, accompagnés de parents ou de grands-parents plus ou moins dépassés, et de 10 % de messieurs sexagénaires impertubables qui regardaient toutes les vitrines, toutes les vidéos, lisaient toutes les fiches... au milieu du brouhaha incessant.
Quand nous sommes repartis, la queue pour l'entrée courait tout le long du bâtiment et s'étendait dans les jardins... Autant dire que nous nous sommes félicités d'être arrivés tôt...

Commenter cet article