Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
La petite maison dans la banlieue

Dimanche au soleil

26 Mars 2012, 20:51pm

Publié par lapetitemaisondanslabanlieue.over-blog.com

pommier2503.jpg

Après deux semaines de jours radieux enfermée au bureau et de week-ends nuageux ou bien carrément pluvieux (c'est mon intro Météo France), nous avons passé le week-end dehors. J'en avais rêvé toute la semaine : sortir les chaises longues, se poser et ne rien faire. Dej2403Avec le premier déjeuner en terrasse de l'année chez Grand-maman et le grand Grand-père samedi (celui-ci, bien que subclaquant le vendredi soir, a poussé le vice jusqu'à petit déjeuner dehors samedi matin), puis tri des trésors pour la brocante de samedi prochain. Mais le Capitaine avait rendez-vous avec sa commère, celle de son futur filleul, prévu pour fin mai. Une réunion au sommet avait été organisée par les futurs parents, et l'après-midi au soleil fut un délice. Alors que la route avait été étonnament dégagée à l'aller, nous n'avons pas échappé aux bouchons du premier après-midi printanier de l'année. Le soir, invités à un anniversaire du côté de Bastille, nous avons bien failli faire demi-tour tellement il devenait évident que nous n'arriverions jamais à garer le minibus. Même le parking indiqué par la tante Nicole était blindé. Après avoir fait du lèche-vitrine (bien involontairement) du côté de la place des Vosges, on alla engraisser Vinci (10 euros de parking la soirée, mmmh), car 1) la maréchaussée était de sortie 2) toutes les voitures mal garées avaient des sabots. On a joué la sécurité...

gateau2503Du coup, le lendemain, nous avons grasse matiné, Petit Brun et Petit Châtain ayant choisi de ne se manifester qu'à 9 heures. Le petit déjeuner traîna en longueur, on décida d'aller à la messe le soir. Il fallait remettre de l'ordre dans la maison, faire tourner la machine à laver (ma prérogative. Et deux soirs sans être à la maison, c'est autant d'accumulation de linge...). La lumière qui entrait à larges flots rendait encore plus insupportable le bazar de notre chambre : il était temps de ranger un peu, de trier les magazines, en attendant que les accumulations ne se reforment. Nous avions choisi de ne pas courir : les garçons firent donc un gâteau ("avec des fraises, des raisins, des abricots, de la farine, des œufs, du lait de riz" détaillaient-ils). J'ai étrenné mon premier T shirt sans manches de l'année, acheté à Londres, il n'y a pas si longtemps que cela, et pourtant, que cela semble bien loin déjà.
Linge2503J'eu juste le temps avant que l'on ne passe à table (à l'intérieur, il ne fait pas encore si bon pour déjeuner à l'ombre, nous n'avons toujours pas de parasol...) de passer un chiffon sur les fils à linge, pour mon premier plaisir de la ménagère du printemps : étendre la lessive dehors. Une opération qui prend du temps, peut-être, mais le linge sèche mieux, est plus facile à repasser car moins froissé qu'au sèche-linge (mon sauveur de l'hiver, il faut le reconnaître). J'avais même vu un peu grand et ne put tout mettre dehors cette fois-ci. Il me faut reprendre mes marques. Normalement, dans quelques semaines, il ne faudra qu'une heure et demie pour qu'une grosse lessive ne soit sèche, et pouvoir en aligner plusieurs dans la journée. Fin de la minute écolo-bobo.
Mieux que les chaises longues, chiliennes et autres transats, j'avais envie que l'on installe le hamac, ramené il y a quelques années par le parrain de Petit Brun d'un voyage en Amérique du Sud. Difficile à ce moment là de suspendre ce hamac dans notre appartement, et à La Rinissé, le chêne était encore trop jeune. Le hamac resta donc presque six ans dans un carton. Mais cette année, j'avais glissé dans la hotte du Père Noël une structure de hamac. Certes, j'avais omis de mesurer ledit hamac. Celui-ci est donc beaucoup trop grand pour la structure... Mais, après quelques ajustements, s'avère parfait pour Petit Brun. Si le Capitaine y monte, il touche presque terre, moi un peu moins et Petit Brun se balance parfaitement. Bref, c'est un peu Boucle (dort) et le hamac. Le hamac est en outre un parfait contenant de Petit Brun, qui y passa l'après-midi dedans, se balançant, changeant 10 000 fois de position, enlevant ses bottes, les remettant pour aller chercher Nounours, réclamant une couverture, jetant tout par-dessus bord… Et réclamant, au final, qu'on l'emmène cet été à La Rinissé.
Hamac2

Hamac32503Je m'étais un peu activée : désherbage au pied des rosiers, envahis de mauvaises herbes. Découverte d'un rejet de lilas qui a l'air de prendre racine. Visiblement, un rameau coupé à la fin du printemps dernier a bourgeonné. Nous l'avons déplacé derrière le laurier rose (qui a vraiment très mauvaise mine), en espérant qu'il s'y sente bien, et finisse par nous masquer de la rue. Les myosotis ne sont pas revenus... Ce n'était peut-être pas l'affaire du siècle de les acheter chez un fleuriste parisien. Mais peut-être que dimanche prochain, je pourrais en prendre quelques pieds dans le jardin du petit Grand-Père, ainsi que du muguet, nous n'en avons pas. Et je rêve de pois de senteur, « attention, c'est très invasif », me disait-on ces jours-ci. Mais je voudrais bien qu'il recouvre le grillage mochard qui nous sépare du voisin, et nous masque de la rue ! On décida de reprendre le potager en main après Pâques, une fois que nous aurions accompli une razzia dans notre serre tourangelle préférée : ce serait toujours meilleur marché qu'en région parisienne. Le Capitaine remit le goutte à goutte en marche : le programmateur était visiblement mort de froid cet hiver dans l'atelier. On programma un traitement anti-puces pour les rosiers, histoire d'éviter de l'invasion de l'année dernière. 

goûterPetit Châtain, qui ne voulait pas faire la sieste, ne se réveillait jamais. Je finis par aller le chercher pour le goûter, le premier dehors. Premiers sirops d'orgeat. Il faut quand même une bonne dose de soleil pour l'apprécier…
Je commençais à me dire que nous avions enfin tourné la page de l'hiver et de ses maladies diverses… Las, Petit Châtain nous rappela, entre 5 heures et 8 heures du matin, que les virus étaient encore là : trois housses de couette, trois draps housses, trois taies d'oreiller et autant de pyjamas y passèrent. Il termina sa nuit dans notre lit... Et il faisait jour depuis longtemps déjà. On va encore attendre un peu pour le changement de vêtements...

Commenter cet article

tatagogo 27/03/2012 07:09

Stressez pas pour le hamac, on en a un pour rigny-ussé ;-) ! Que Titouan se rassure il pourra se prélasser à Colombes et à la Rinissé ! bises créoles