Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
La petite maison dans la banlieue

Dans la 206...

29 Août 2011, 21:37pm

Publié par lapetitemaisondanslabanlieue.over-blog.com

DSC03951.JPGIl y a 63 000 kilomètres parcourus en quatre ans, des miettes de gateaux écrasés qui doivent bien traîner encore sous les sièges, des traces de la peinture verte de sa maison parisienne. Echaudée par des carrosseries foutues en l'air par des camping-cars à Hénin-Beaumont sur ma précédente voiture, une Twingo bi-goût, je refusai que la 206 dorme dans la rue. La demoiselle logeait dans un box minuscule, accessible par une porte cochère peinte en vert, trop étroite, que je ne suis jamais arrivée à prendre du premier coup…sans en garder trace.

Il y a un autoradio qui connaît les fabulettes d'Anne Sylvestre par cœur (le CD 3) et qui maîtrise assez bien Mika et Dire Straits. Parfois, mais c'est plus rare, ça dépend du conducteur, Eddy Mitchell ou Feist, ou les concertos pour piano et orchestre de Mozart, un enregistrement à bas prix parfait pour couvrir le ronronnement du moteur.
Il y a un hayon magique, qui permet d'ouvrir le coffre même coincés entre deux voitures pour y attraper poussettes ou les manteaux-posés-sur-le-dessus quand il ne faut surtout pas ouvrir en grand le coffre, bourré à craquer, de peur que tout ne roule sur la chaussée de l'aire du Héron cendré.
Il y a eu une coque installée à l'arrière, puis un siège auto de Goldorak, le modèle qui tourne à 90 degrés pour éviter de se casser le dos en extirpant l'enfant de la voiture. Puis une coque et un siège auto Goldorak, puis un siège auto Goldorak et un rehausseur.

Il y a eu des copains trimballés, parfois à cinq pour un mariage en Corrèze, les genoux à hauteur d'épaules (on ne mesure jamais assez combien on est chargés pour partir à un mariage), des poulettes pour des week-ends lillois, voire même à Hardelot, où par on ne sait quelle intervention divine, restée portes grandes ouvertes toute une nuit (avec portefeuille, portables, sac à main à disposition du premier venu), la voiture était intacte au matin.
Jamais elle n'a été à la fourrière, parfois quelques prunes ramassées ou quelques flashs de radars, rien de grave.

On vient enfin de vendre la 206, notre première "vraie" voiture. Je nous revois encore chez le concessionnaire, avec le Capitaine, munis d'un mètre, tellement inquiets à l'idée qu'elle n'entre pas dans le box que nous louions déjà pour la Twingo bigoût. Au grand effarement du vendeur, c'était nos seuls critères d'achat : la largeur et la longueur du véhicule. Aucun caprice sur le type de moteur, le nombre de chevaux, les équipements en série ou pas. Le Capitaine, si classique, avait bien tiqué devant le bouchon d'essence chromé, un peu trop sport à son goût. Des clients cauchemar. Heureusement, elle ne part pas très loin, 200 mètres à peine, et nous croiserons souvent ses nouveaux propriétaires à l'école. Comme quoi, rien ne vaut les affichettes en papier maison ! So long, la "petite voiture"...

Commenter cet article

Laeti 06/09/2011 11:20


Mais c'est quel carburant alors?? :)
Moi aussi du coup j'ai un petit accès de nostalgie. On parle encore de l'histoire des portières ouvertes à Hardelot!