Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
La petite maison dans la banlieue

Cueillettes d'été

28 Août 2011, 20:33pm

Publié par lapetitemaisondanslabanlieue.over-blog.com

 

 

lyautey 048J'avais trop misé sur un week-end ensoleillé et m'étais trop vite avancée sur la possibilité d'emmener Petit Brun et Petit Châtain à Gally. Gally, c'est un endroit magique, une ferme où l'on peut venir cueillir ses légumes et où l'on paye que ce qu'on a ramassé (étant dit que l'on peut se baffrer de framboises pendant la cueillette, ce que Petit Brun et Petit Châtain n'ont pas manqué de faire...) Toute l'année dernière, nous avions lu un Pomme d'Api spécial Gally, Petit Brun avait fait une première cueillette avec Grand-maman un mercredi de septembre, investissant à l'occasion dans des barquettes plastiques et paniers cartonnés, autant dire qu'on était archi-motivés et archi-prêts.

Sauf que samedi, des trombes d'eau sont tombées du ciel. Remettant quelque peu en cause notre expédition. Le sol n'allait-il pas être archi-boueux ? Les bottes des enfants étant restées en Bretagne, difficile d'aller patauger avec des chaussures en toile au risque d'attraper un rhume. En même temps, cela faisait deux week-ends que l'on alignait les expéditions rasoirs (dans un magasin jaune et bleu pour trouver un nouveau lit pour Petit Brun, chez le Roi Merlin pour les dernières finitions du sous-sol, chez l'opticien pour refaire mes lunettes...)

On préféra jouer la prudence (et retrouver des têtes normales en allant chez le coiffeur, enfin, en faisant venir le coiffeur chez Grand-maman), et, le ciel se maintenant après le déjeuner, parents, grands-parents, petits-enfants s'entassèrent dans le minibus direction la cueillette, avec en ligne de mire des framboises "et des groseilles, les groseilles, j'ai le droit ?" s'interrogeait Petit Brun, toujours pointilleux en ce qui concerne les interdits alimentaires. Sauf que les groseilles, c'est fini...
lyautey 040lyautey 045Bien que le parking fût plein et qu'il y ait de l'affluence entre les sortants - qui lavaient tous religieusement leurs légumes dans un grand bac collectif à l'entrée - et les entrants, on s'est perdu dans des maquis de framboises, au début, ne trouvant rien, venir à 14 h 30 n'était pas la meilleure des options. Puis, en se baissant, on finit par trouver des framboises à point, d'un rouge presque violet, énormes. Celles qui ont échappé aux babines voraces de Petit Brun – "on prend notre goûter"– et de Petit Châtain ont fini par constituer un trésor de guerre d'un kilo, payé 5 euros en caisse. Etant donné la difficulté de la cueillette, ce n'était finalement pas si cher payé...

lyautey 057Grâce à nos deux brouettes – on ne remerciera jamais assez la dame croisée au départ du chemin qui nous glissa d'en prendre pour pallier l'absence de poussette, elle aussi restée en Bretagne – on put facilement rejoindre le champ de rhubarbe, dont les feuilles faisaient des parasols pour Petit Brun et Petit Châtain. Ceux-ci n'ont pas encore le coup de main de Grand-maman pour couper la rhubarbe mûre sans couteau et l'effeuiller sans la casser. Quelques tomates à l'ancienne, deux énormes courgettes, rescapées des cueilleurs du week-end, et, arrivés, aux caisses, un potimarron et un kilo de pommes de terre promotion "sécheresse", au prix imbattable de 50 centimes le kilo, vinrent compléter notre razzia. Et nous n'avions parcouru qu'une toute petite partie de ce paradis vert... Epuisés par cet après-midi loco-bobo-écolo imprévu, une petite pause goûter s'improvisa pour débarquer les grands-parents et faire le partage de la récolte. Faire sauter la sieste et passer 2 h 30 en plein air se révéla un calcul gagnant : gavés de framboises à ne pouvoir finir celles qu'ils avaient eu en dessert, claqués d'avoir couru en plein air, Petit Brun et Petit Châtain battirent des records d'endormissement : 20 h 20, plus un bruit. Merci Gally !

Commenter cet article