Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
La petite maison dans la banlieue

Coiffeur à domicile

14 Mars 2011, 20:54pm

Publié par lapetitemaisondanslabanlieue.over-blog.com

DSC02956DSC02958

 

On ne pouvait plus attendre. Mèches dans les yeux, oreilles camouflées, Petit Brun, Petit Châtain et le Capitaine ressemblaient définitivement aux Beatles. Version  1963-1966. Et ma petite coupe, faite exprès pour les fiançailles des Londoniens, n'était plus qu'un lointain souvenir. Il fallait faire venir le maestro pour une séance de rafraîchissement familial. Pas besoin de couper les cheveux en quatre pour trouver quatre créneaux de rendez-vous : entre 20 heures et 21 h 30, nous passerions sous les ciseaux de Johan, bien au chaud... dans notre salle de bains. Avant, Johan avait un salon. Puis il est parti au Pays basque, en gardant quelques clientes à Paris. On profitait de ses passages à Paris pour se faire coiffer chez Grand-maman. Avant de profiter nous aussi de séances à domicile. Ce soir-là, ça tombait bien, il effectuait un remplacement dans le Val-d'Oise. Pas de problème pour faire un petit crochet par chez nous.

On commencerait par Petit Châtain, qui après avoir beaucoup pleuré, finirait par se laisser faire (une fois son frère expulsé de la salle de bain...) et aurait ensuite une vraie tête de petit garçon de deux ans. Puis Petit Brun prendrait le relais, beaucoup plus à l'aise et tranquille que le jour où, chez Grand-maman, tous les adultes présents ont dû chanter, jouer de la guitare pour le distraire, alors qu'il était assis sur mes genoux en pleurant à chaudes larmes. On procéda à un premier balayage avant que ce ne soit le tour des parents.  Coupe classique "on coupe tout" (mais heureusement Johan veille) pour le Capitaine. J'ai laissé Johan décider pour moi : un carré de printemps, assez court, parfait, faudra juste revenir un peu plus souvent pour l'entretenir ! Et hop, d'un coup, j'ai récupéré des joues.

Difficile, ce soir-là, de coucher tôt Petit Brun et Petit Châtain, trop contents de profiter de l'occasion pour jouer plus longtemps et faire les fous... Le temps de ranger les tabourets, de mettre à la machine les tapis de bain parsemés de cheveux et de passer un coup d'aspirateur... Et hop ! Nous avons retrouvé figure humaine. Le lendemain, les collègues, sidérées, se demandent bien comment, entre 19 h et 10 heures du matin j'ai pu trouver un coiffeur ouvert...

Commenter cet article