Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
La petite maison dans la banlieue

Chez le roi Merlin

2 Juin 2011, 21:53pm

Publié par lapetitemaisondanslabanlieue.over-blog.com

5711468515_883c9dc53c.jpgRien de bucolique, mes amis. En ce jour d'Ascension, une fois les lunettes de Marianne récupérées par l'étourdie (qui cherchait encore une excuse pour repasser, mais non, tu es toujours la bienvenue), et les croissants qu'elle avait apportés pour le Capitaine et moi promptement engloutis par des piranhas, euh Petit Brun et Petit Châtain... Nous nous sommes tous entassés dans le minibus direction la cour du roi Merlin, le royaume du bricoleur.
Certes, les travaux d'aménagement du garage sont quasiment achevés. Reste le sol à ragréer, les murs à peindre et le plancher à poser. Bon OK, il reste pas mal de taf au Capitaine. Qui avait besoin, quoi de plus normal, d'une foultitude de matériel (tous les ans, on rachète un seau à peinture, des pinceaux, des bâches... et l'année d'après, tous ont disparu).

La dernière fois que nous sommes allés chez le roi Merlin, j'ai cru qu'on allait y laisser Petit Brun et Petit Châtain. Tellement ils étaient odieux. D'ailleurs, bizarrement, nous avons mis un an à revenir là-bas... Les seuls magasins où l'on emmène les monstres étant le marchand de chaussures (pour établir leurs pointures deux fois l'an, ensuite, je me débrouille seule), le petit Franprix (où les mini caddies les occupent bien mais dézinguent les rayonnages, et parfois, c'est le drame : il n'y a PLUS de mini caddies...). Les magasins de vêtements ? Entre midi et deux, je m'en charge, et ce n'est qu'en cas de force majeure que Petit Brun et Petit Châtain passent le seuil d'une boutique.
Là, il s'agissait de choisir le parquet à installer en bas. Le Capitaine voulait mon avis et j'avais bien envie de lui donner. Mais cette fois-ci, nous avions prévu l'arme fatale : la poussette. Une fois saucissonné dedans, Petit Châtain s'est tenu à carreau pendant deux heures (surtout tant que l'on se baladait). Petit Brun ayant grandi, il supporte mieux ce genre d'expédition... Accepte de "visiter" les salles de bains en expo, de trouver le plus beau lavabo, d'aller faire un tour au rayon jardinage pour trouver une table... (on s'amuse comme on peut). Ils ont vaillamment supporté les emmerdes à la caisse (une fois de plus, on avait misé sur la caisse maudite, trois personnes, assez peu d'articles, mais un article sans prix à chaque fois...), puis au service après-vente, lorsqu'il a fallu récupérer le fameux plancher. Les paquets ne ressemblaient pas du tout à ce que nous avions repéré en rayon et pour cause : les paquets étaient posés A L'ENVERS. On a poirauté 25 minutes (le temps qu'ils fabriquent le parquet sans doute) dans la voiture, chanté 3 fois "C'est un veau", "dans mon pays d'Espagne", "as-tu vu la vache" (oui, notre répertoire est très bovin). Pas moyen d'écouter la radio, ni de téléphoner au Capitaine.

Le pire, c'est qu'il va falloir y retourner, à la cour du roi Merlin. Le pot du magnifique balai de chiotte pour nos tous nouveaux toilettes installées dans la salle de bain est dézingué... et j'ai malencontreusement pris trois tapis de WC ("Maman, les tapis ont des trous !" ai-je entendu dans un demi-sommeil, alors que Petit Brun entreprenait d'aider son père à vider le minibus pendant que nous faisions la sieste avec son frère) pour des tapis de salles de bains... Sans compter qu'il manque encore du matériel au Capitaine. Un seau, notamment, pour le ragréage...

Commenter cet article