Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
La petite maison dans la banlieue

Pendant qu'ils ne sont pas là

2 Avril 2017, 19:55pm

Publié par lapetitemaison

Pendant qu'ils ne sont pas là

Samedi matin, les enfants sont partis en vacances avec Mané, direction la Bretagne. C'était notre premier week-end seuls depuis… les vacances de la Toussaint, et, qui plus est, un week-end où nous restons à la maison. En octobre, nous avions choisi de partir en week-end (en mode improvisé = tous les hôtels en Normandie ou dans la Somme complets, il nous restait le choix entre… Versailles – paye ton exotisme quand tu as grandi à 5 km de là – ou Fontainebleau, que nous ne connaissions ni l'un ni l'autre. Va pour Fontainebleau).

Autant dire que le programme a été chargé. Avant de partir, Nimbus et Asparagus avaient rangé leurs chambres et défait les draps de leurs lits, descendu leurs peluches pour qu'elles soient lavées - un mini-ménage de printemps. La machine à laver ronronnait dans le sous-sol depuis 9 heures.

Pendant que j'allais rejoindre des amies de lycée pour le déjeuner - l'année dernière j'avais loupé la venue annuelle de la Lyonnaise pour cause de virée express à Toulon pour aider ma sœur enceinte à finir de défaire ses cartons de déménagement, le Capitaine en a profité pour solder un dossier en souffrance depuis un an : coudre les petits anneaux et fixer le store de la chambre de Colombine. Difficile à faire quand la demoiselle fait la sieste...

Vers 13 h, SMS : "vous avez l'air d'être seuls ce soir, vous êtes libres pour dîner ?" Je n'arrivais même plus à me rappeler de la dernière fois que nous avions eu une soirée vraiment impromptue (notez que "les enfants ne sont pas là, venez dîner" est le nouveau "mes parents se sont barrés pour le week-end, je fais une soirée improvisée").

Dîner improvisé sans baby sitter = pas de stress sur l'horaire ni de compteur qui tourne. Et une grasse matinée, le lendemain, fort bienvenue pour amortir le choc du changement d'heure de la semaine dernière, ainsi que la fatigue de la dernière semaine de mars.

Au vu du temps splendide et de l'absence totale de programme pour ce dimanche, direction le jardin, pour tondre, désherber (et retrouver une pivoine sur deux, des agapanthes). Comme ma réserver de graines était épuisée, nous sommes allés dans une jardinerie (la première avait fermé), celle de la ferme de Gally (puisque nous étions sur la route, autant y aller).

 

Pendant qu'ils ne sont pas là

La serre était pleine comme un œuf de jardiniers du dimanche, qui, comme nous, débordaient de projets pharaoniques. Il s'agissait de trouver des croisillons pour aider le jasmin à s'étaler sur le mur du fond, une clématite (maintenant que nous avions exterminé la passiflore et tous ses rejets qui étouffaient notre haie), et puis en passant, des plants de potiron nous ont fait de l'œil, ainsi que des plants de tomates, puis des dahlias, des renoncules, de la verveine, de l'aneth, de la menthe... Miracle, tout tenait dans la twingold.

Il a fallu planter tout cela avant que le soleil ne se couche, faire des trous gigantesques (40 x 40, c'est énorme à l'échelle de nos plates-bandes), et encore, tout n'est pas mis en terre ! Reste à voir si ces nouvelles venues s'acclimateront bien à notre jardin, à combattre la malédiction de l'arrosage automatique (qui tombe toujours en panne vers le 30 juillet) et à voir si en septembre, tous les plants auront tenu leurs promesses !

Commenter cet article

Angelilie 01/05/2017 21:11

beau blog. un plaisir de venir flâner sur vos pages. une belle découverte et un enchantement.N'hésitez pas à venir visiter mon blog. au plaisir