Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
La petite maison dans la banlieue

Libérée, (presque) délivrée ?

21 Novembre 2016, 21:31pm

Publié par lapetitemaison

Libérée, (presque) délivrée ?

Mardi dernier, je suis revenue voir le docteur V. J'avais enfin réussi à trouver le temps de faire la prise de sang (pas très pratique pendant le week-end de la Toussaint, quand en plus on est à La Rinissé, et que l'actualité médicale était la crise d'asthme de Colombine…), décommandé un premier rendez-vous quand la laborantine m'a dit : "aaaaah mais non, les résultats, ce ne sera pas avant une semaine, on les envoie dans un autre labo…"

Et bam, une semaine (deux, au final), de régime restrictif dans la tronche. D'ailleurs, c'est le docteur V qui elle-même qui a fini par appeler le laboratoire : la candidose était KO.

C'était donc globalement la fête, même si, comme me l'a expliqué le docteur, il fallait y aller doucement : j'avais perdu 7 kilos en deux mois et demi (et retrouvé mon poids… d'avant les enfants toussa) "c'est votre poids de forme", mais le problème des intolérances alimentaires n'était pas encore réglé.

Donc les Quatre Indésirables sont toujours là : gluten, lactose, blanc d'œuf et amandes. De quoi faire l'impasse sur tous les desserts à l'extérieur de la maison, salade de fruits frais mises à part (ou bien, comme chez PH7, excellent restaurant végétarien à côté du bureau, la délicieuse crème de patate douce au citron : oui, moi aussi, en la voyant sur mon assiette, j'ai eu peur, en fait, c'est un délice).

Sont revenus en revanche les fruits et légumes, les fruits secs, tous les types de sucre ("en y allant doucement, vous allez voir, vous avez pris des habitudes, vous n'en aurez pas envie. Et le pire, c'est que c'est vrai) ; viandes autres que poulet et dinde, toutes les oléagineuses (hormis les amandes, donc) : c'est un peu la fête, et un peu plus facile de déjeuner à l'extérieur (hors de mes restaurants végétariens préférés), même si j'oublie quand même de demander comment sont cuisinés les plats (beurre ? crème ? yaourt ?). Et surtout, surtout l'alcool (ou presque) : plus de bière bien évidemment, ni de vins cuits (coucou, le porto) ou liquoreux (bye bye montabazillac, tariquet et sauterne). Mais permission accordée pour le vin rouge, le vin blanc sec et le champagne (le moins calorique de tous) : un verre par jour, mais un verre déjà.

De fait, j'ai changé certaines habitudes : j'ai troqué pain et confiture/miel du matin pour un bol de flackes d'épeautre avec du lait de riz. Je n'ai plus cette faim terrible de 11 h 30 et peut même tenir le coup jusqu'à 13 h sans trop de soucis. Je ne sucre presque plus jamais mon café, ou alors machinalement, en prenant le sachet de sucre en discutant. Je m'en tiens à deux cafés par jour (en arrivant/après le déjeuner), et à une infusion à 17 heures, désaltérant mes autres collègues au passage (ceux munis de tasse ou mugs).

Ce qui est compliqué, c'est la confrontation avec la vie sociale, comme dimanche, à la fête paroissiale : que des tartes, des cakes à base de blé (normal), de la salade d'endives (heureusement !) et des huîtres… Et par chance, le primeur du coin avait fait don au salon de thé de cageots de raisin et de mandarines : un dessert compatible ! Et de devoir prévenir ses hôtes des menus ("c'est pas si compliqué"), qui font gamelle séparée ("parce que ton truc de soja et de pâtes au sarrasin, ça me disait rien")…

J'y vais doucement, parce que j'ai très peur que la candidose revienne, et avec elle ses vilains effets secondaires (même si de l'avis général "je n'avais rien remarqué, tu le cachais bien"). J'ai d'ailleurs eu les félicitations du docteur pour avoir mis KO les squatteurs si vite. En attendant février et une possible réintroduction des Quatre Indésirables, c'est un peu (plus) la fête dans l'assiette !

Commenter cet article