Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
La petite maison dans la banlieue

Au petit matin

22 Septembre 2016, 21:32pm

Publié par lapetitemaison

Au petit matin
Au petit matin

Le seul avantage de nos départs matinaux pour l'école, il faut bien le dire, c'est de voir depuis une semaine, automne commençant oblige, au détour de la rue qui longe les voies de chemin de fer, le ciel se teinter de rose et nous offrir un lumière et son (avec Fip qui crachote sur la FM, la radio de la twingold n'aimant pas la proximité du train, allez comprendre).

Rien qu'en remontant les volets des chambres des garçons (qui, c'est curieux, ne bondissent jamais hors de leur lit en semaine à 7 h du matin, alors qu'ils ont bien entendu leur père prendre sa douche 15 minutes avant), au second étage, je sais déjà si le spectacle sera splendide ou pas.

Au premier pont, trois quart d'heure après notre lever (oui, le matin, c'est minuté, mais nous n'avons ni le cœur ni la force de nous lever ni de lever les enfants plus tôt), je demande à Asparagus de m'échanger mes lunettes de vue normales contre mes lunettes-de-vue-de-soleil : on file plein Est et je n'y vois vite plus rien.

C'est le double plaisir des derniers beaux jours de septembre, la lumière est encore pleine, encore forte, mais fragile, attention, octobre arrive, profitez bien de ces matins où l'on a pas besoin de gants pour ouvrir le portail dont le métal n'est encore ni froid ni humide, ni de désenbuer le pare-brise tous les matins et conduire pendant cinq minutes dans un semi-brouillard, en scrutant l'horizon dans un micro-bout de vitre, pendant que ça râle à l'arrière parce qu'il fait froid (et le volant sans gants, je ne vous dis pas).

Au deuxième pont, généralement, au-dessus du nœud ferroviaire de B-les-B, l'embouteillage est déjà assez dense pour que l'on soit arrêtés suffisamment longtemps et qu'Asparagus ait le temps de trouver mon téléphone et de me le passer pour un cliché vite cadré, hop, une pression du pouce, et c'est bon.

Sur la banquette arrière, Colombine et Nimbus piaffent de voir le cliché : "Ze veux voir ! Passe-nous le téléphone !". Ensuite, la circulation se fait un peu plus fluide (dans une acceptation parisienne du terme), un dernier pont, où nous guettons les péniches, et nous tournons le dos au soleil levant pour mettre le cap à l'Ouest. Fin du spectacle. Qui est, du reste, presque déjà terminé. On recommence demain ?

Commenter cet article