Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
La petite maison dans la banlieue

La juinite

30 Juin 2015, 22:42pm

Publié par lapetitemaison

Vœu pieux. Ex : "quand on aura fini notre juinite, on profitera du jardin".

Vœu pieux. Ex : "quand on aura fini notre juinite, on profitera du jardin".

Je sors à peine d’une juinite sévère, qui explique que ce blog soit couvert de toiles d’araignée, alors que je fourmille d’idées de billets qui ont du mal à sortir sur le clavier. Et ami lecteur, cela ne va pas te rassurer, mais c’est pareil au bureau.

Bref. La juinite. Mais qu’est-ce que c’est ? C’est une maladie qui dure approximativement 30 jours et qui commence fin mai, lorsque tu te rends compte que Mon-Dieu-ça-y-est-l’année(scolaire)-est-terminée-plus-qu’un-mois-avant-l’été (techniquement, un peu moins mais on va pas chipoter).

Disons moins d’un mois avant la grande transhumance, que tu fasses le grand chelem juillet-août, ou l’un ou l’autre, ou bien que tu tentes le mi-juillet-mi-août.
Bien évidemment, si tu as des colocs de moins de 1,20 m qui vivent chez toi, voire, si tu es joueur, plusieurs petits colocs, tu peux attraper une juinite plus ou moins sévère.

La juinite, c’est un gonflement de l’agenda : alors tu as hiberné quasiment toute l’année en semaine (ce qui te permet en passant de maintenir la maison à flot niveau linge et autres travaux domestiques), d’un coup tu as des trucs tout le temps. Voire de multiples invitations le même jour.

Commence alors un long et joyeux marathon où tu risques d’avoir mal au foie (abus de gâteaux au chocolat – le Capitaine en a confectionné une dizaine cette année), aux dents (abus de coca, de bonbons divers et variés), à la tête (abus de mauvais rosé et de vin rouge qui tâche, spécialement à jeun et en fin de semaine quand tu n’as rien dans l’estomac) et de manquer de sommeil (ce qui fait que, généralement, alors que tes enfants n’ont plus du tout envie de faire la sieste, à part Colombine à qui on ne demande pas son avis, tu t’écroules de fatigue le dimanche après-midi).

C’est ainsi que ces derniers jours, nous avons cumulé deux fêtes de l’école (et délégué la fête de la crèche à Cherry, qui n’a pas trop eu le choix, Colombine ayant déjà quitté sa section et attaqué le buffet), une fête de l’escrime, un dîner de chorale et un dîner de l’escrime, un dîner de voisins, des déplacements professionnels, dont un débordant sur le samedi avec retour à 3 heures le dimanche matin parce que l’avion était en retard, un petit-déjeuner des CE1 (pour-dire-merci-à-la-maîtresse), une projection du film tourné par Petit Châtain avec sa classe, une brocante, un mariage civil, un barbecue (parce-que-ça-fait-longtemps-qu’on-a-rien-fait-chez-nous)…

Au bout d’un moment, tu files des billets de 10 euros sans savoir trop pourquoi ni pour qui (les cadeaux des maîtresses/la sortie à Provins), tu signes des bulletins et des livrets scolaires sur n’importe quel support, les enfants ne cessent de te rappeler que tu oublies des choses et tu finis par dire que tu ne peux résoudre qu’un problème à la fois, merci, pas tous en même temps !!

Ajoutez à cela que le salon a été enfin repeint et le plancher reposé après la grêle de l’an dernier, que nous dormons avec les fauteuils du salon et que nous n’avons pas encore remis les meubles en place, que l’on a découvert que Petit Châtain n’entendait plus trop de l’oreille gauche à cause d’une otite céreuse et qu’il fallait lui poser un yoyo le jour de la sortie des classes (ajoutant donc une prise de sang et un rendez-vous avec l’anesthésiste au calendrier)… On est plus que contents de voir juillet arriver !

Commenter cet article

Tâta gogo 01/07/2015 11:19

ha ha très drôle cet article surtout le coup des billets de 10 euros. ;-) un peu la même ici mais en version plus cool avec le retour du bain de mer en sortie de l'ecole mais également plein de trucs dans tous les sens, heureusement juillet arrive on va pouvoir bosser tranquille sans les nains dans les pattes ;-)