Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
La petite maison dans la banlieue

Silence, ça pousse....

31 Mars 2014, 20:38pm

Publié par lapetitemaison

Silence, ça pousse....

C'était la dernière phase des travaux. Le jardin, et plus particulièrement la pelouse, avait bien souffert du matériel – et des gravats – entassé là au gré des travaux. Quand nous sommes revenus en septembre, on ne pouvait pas ouvrir le portillon, coincé par une montagne de déchets. La cheminée s'était cassée sur la lavande, des tuyaux avaient creusé des sillons dans le gazon... La décision fut prise d'attendre le printemps pour remettre la pelouse en état, et carrément la resemer, car la nôtre était plus moussue qu'autre chose, parsemée de pissenlits et pas vraiment très plane...

Démonté le bac à sable, arrachés les deux althéas qui poussaient trop près du mur (et contrariaient mes projets de treille), aplani le potager (les jardiniers nous ont donné un pot de petites pommes de terre qui dormaient encore bien au chaud), recréée une allée qui mène à la descente vers le sous-sol, emprunté tous les jours pour sortir et rentrer le carosse de Colombine : l'herbe nouvelle n'aurait pas résisté longtemps. Il a fallu également remettre à niveau les vieux pavés de l'allée, qui s'étaient enfoncé sous le poids des matériaux - créant une mare les jours de pluie – reboucher les trous que le maçon n'avait plus envie de revenir combler, et changer enfin la barrière qui nous sépare d'Yvette, la voisine. En concertation avec elle, nous avons choisi un grillage aéré pour qu'elle puisse continuer à profiter des fleurs du pommier du Japon et du rosier. Elle est ravie du résultat.

Silence, ça pousse....

Le jardin n'est plus qu'une étendue brune. J'ai peine à croire que, malgré les 15 minutes d'arrosage quotidiennes (sauf en cas de pluie, mais il ne pleut pas beaucoup ces jours-ci), bientôt il verdira, enfin si les merles n'ont pas mangé toutes les graines d'ici là (Tihi se révélant tout à fait inefficace comme chat de garde) et si Tihi, donc, cesse de prendre le jardin pour une litière géante...

Cela nous oblige à emprunter des chemins compliqués pour rentrer, notamment avec les vélos (rentrer ceux-ci par le grand portail, le fermer à clé, puis emprunter le portillon). Petit Brun et Petit Châtain jouent dans la rue. Où ils ont passé quasiment tout le week-end à jouer avec les petites filles qui se sont installées en juin dernier.

Pendant l'hiver, ils ne se sont pas croisés. Mais là, c'est parti : cris, courses, cache-cache pour eux, paix royale pour nous (occasion de ranger pour moi, sieste au calme pour leur sœur, terminer les bricolages pour leur père). Une vraie bénédiction !

En attendant d'avoir une pelouse presque anglaise, une haie (je compulse le Truffaut des jardins trouvé dans mon soulier à Noël, même s'il faut bien avouer qu'il est lourd à tenir à bout de bras comme lecture du soir, c'est aussi un excellent somnifère), je me console avec les prémices de notre glycine, qui, pour sa troisième année, a fait énormément de fleurs.

Je ne l'ai pas taillée comme il l'aurait fallu cet hiver, ni montée sur un arceau au-dessus de la grille (elle s'enroule au milieu, tant pis)... Ce sera pour cet automne. Quand nous avons cherché notre maison, il y a presque quatre ans, nous avons visité quantité de maisons avec des glycines, ce qui me semblait être un excellent argument de vente. Hélas, nous avons acheté la seule maison sans glycine du quartier. C'est la première grimpante que j'ai planté, et elle a l'air de se plaire chez nous. J'attends son feu d'artifice...

Silence, ça pousse....

Commenter cet article